Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 22:15

 

Episode I : la fête et l’inconnu

 



Dans la demeure de Boudhab, il y avait une grande réception en l'honneur des amis et des connaissances de la famille. En fait, on fêtait dix années de mariage. Aussi, on est venu pour présenter les meilleurs vœux au couple. Ce dernier, bras dessous et bras dessus, allait de table en table en souhaitant la bienvenue aux uns et remerciant les autres .Tandis que des chuchotements d'admiration et peut-être bien de jalousie marquaient leur passage.
Les amis de monsieur Boudhab étaient nombreux et la plupart étaient des célébrités. Il y avait le professeur Mahraz connus par ses nombreuses recherches et ses inventions dans le domaine de l'agriculture notamment la pomme de mer et le chou-rose .Etait présent aussi, le médecin Fanidi spécialiste dans tous les voies entre autres : urinaires, sanguinaires, publiques et secondaires…sans pourtant oublier la voie lactée et la voie orale. Cependant, son seul vrai exploit : la guérison d'une brebis galeuse en la transformant agneau doux.

Le monde de la littérature était aussi présent : Abou Kassid , le célèbre poète connu par ses mille vers, Tartari , l'écrivain et le romancier dont les œuvres ont été traduites dans toutes les langues y compris l'espéranto et le yiddish, le grand chroniqueur Lafhamat qui abordait tous les sujets sans pourtant atteindre la marge d’ un seul .
Les acteurs ne manquaient pas.Aussi, on remarqua la présence de l’acteur Français John Aimard, le Chinois Jess Wi Ching Wa ,l’Egyptienne Amal Hayaty , l’Américain Brave Type , la Sénégalaise Mamati et bien entendu le talentueux marocain Taleb Maachou.

Dans le monde artistique : la belle chanteuse Kachira connue par sa chanson romantique avis de recherche à vie dans laquelle elle disait
Je te cherche
tu te caches
viens vite !
Sinon, je me fâche
Grâce à cette chanson, elle a eu l'oscar de l'année et deux lascars aux trousses.

Il y avait le célèbre prestidigitateur à la main souple. Actuellement, il est l’assistant d’un dentiste, pour ne pas dire : arracheur de dents.
Pour finir, la célèbre voyante qui prétend voit tout .D'ailleurs dès que vous lui parlez, elle vous dit : je vois, je vois

Chose surprenante, l'inspecteur Boukal était parmi les convives. Il n'était pas en mission ; mais il se trouve que sa femme est la cousine de madame Boudhab et comme elle était un cordon bleu de la cuisine marocaine, on n'avait pensé que son aide ne serait pas de refus. D’ailleurs, elle avait préparé presque tous les plats de la fête , exceptes ceux qui contenaient du sucre ou du sel. Pour vous dire combien sa présence était nécessaire
Donc tout se déroulait bien et à merveille. Ah, j''ai oublié de vous dire qu'on se trouvé dans le superbe jardin de la villa et qu'il y avait à peu près une vingtaine de tables couvertes par des parasols excentriques; ce qui donnait à l'endroit une atmosphère de carnaval.
On était heureux comme un bébé. Aussi, on s'amusait comme des fous, on riait comme des bossus, on mangeait comme des affamés et on buvait comme des trous.

Madame Boudhab était vraiment ravissante ce jour. Elle s'était habillée comme une reine .Avec sa taille de guêpe, elle donnait l'impression à son entourage qu'elle était loin d'avoir ses trente ans. Elle se déplaçait d'un pas souple et léger entre les convives, tout comme un papillon d’une rose à l’autre .Vraiment, elle était l'héroïne de la fête
Son mari, lui était quelqu’un qu'on voudrait bien avoir son poids s'il était en or. Il avait mis son costume à rayures qui lui donnait l'impression d'un zèbre femelle enceinte de dix mois. Cependant, il se déplaçait comme un taureau .Heureusement que sa demie le maintenait en laisse, sinon il aurait bien fait des malheurs .Non, rassurez-vous:il n'avait pas bu d'alcool ; mais le Malheureux a sifflé par ignorance, voire insouciance une bouteille de sirop .Notez qu'il était enrhumé et son médecin traitant lui avait prescrit deux cuillerées trois fois par jour; et lui intelligent comme il était il avait pensé prendre les trois doses en un seul coup. Comme ça, son seul souci serait l'accueil de ses invités. Alors, il a vidé le contenu d'un seul trait .Quand sa femme l'avait trouvé, il était entrain de fou de rire. Bien entendu, il était trop tard pour l'emmener aux urgences et puis les invités étaient déjà dans la demeure.
L'épouse dévouée lui a fait boire du café noir .Ainsi, le débauché s'est à moitié dessaoulé.
Hormis ce cas d'ivresse accidentelle, monsieur Boudhab était un riche homme d'affaires ; quelqu'un de sérieux, de serviable et de brave. Malgré sa corpulence, il était aussi doux qu'un agneau et ne tuait pas une mouche même si elle mettait ses pattes dans son assiette. Tout simplement, il l'écrasait entre deux bouchées de pain sans s’apercevoir de sa présence.
A un moment, une des servantes s'approcha du couple et chuchota à l'oreille de madame qu'un vieil homme demandait à la voir. Celle-ci par un geste lui fit savoir de dire à l'intrus que c'était à lui de se faire voir ailleurs. La servante obtempéra, mais revint aussitôt :
_ Qu'est-ce qu'il y a encore? Tu ne vois pas que je suis occupée
_ Mais madame, le monsieur insiste pour vous parler
Madame Boudhab réfléchit quelques secondes. Puis :
_ A -t-il dit son nom ?
_ Oui madame; il s'appelle Maazouz

_ Ce nom ne me dit rien qui vaille
Bon , dis-lui que j'arrive !
Pendant ce temps, monsieur Boudhab se rua vers quelques uns de ses anciens amis .Ces derniers l'accueillirent à bras ouverts.
Quant à madame Boudhab, elle s'approcha du seuil de la porte. Elle ne vit personne. Elle regarda aux alentours : une voiture qui démarrait attira son attention, puis les miaulements de deux chats qui se disputaient une proie (sûrement une tête de poulet).A part cela, rien d'anormal. Elle s'apprêtait à rebrousser chemin quand elle entendit comme un chuchotement :
_ Malika! je suis là .Ne t'en vas pas
Elle se retourna brusquement et ne manqua pas de crier :
Ah, mon Dieu
 

 

 

Episode II : l’inconnu s’identifie 

 


Devant elle surgit un jeune homme .Tout blanc comme il était qu'il ressemblait à un ange. D'ailleurs, tout étincelait autour de lui.
_ Qu'est-ce que tu as Malika? Tu sembles comme surprise !
Cette dernière balbutia des mots :
_ je...je..mais la servante m'a dit qu'un vieil homme demandait à me voir
_ C'est vrai !
_ Alors ?
_ C'est simple , je me suis transformé
_ Est-ce que vous vous moquez de moi ?
_ Pas du tout. D’ailleurs, les anges sont les derniers à aimer les plaisanteries.
Malika hésita quelques secondes avant de reprendre avec méfiance:
_ Vous êtes un ange ?
_Tu ne me crois pas .D'accord , je vais te le prouver.
De sa main , il montra des passants :
_Regardez ces honorables gens : ils ne peuvent me voir
Demandez-leur qui est avec vous ?
_ Mais..
_Allez, Malika ! Faites-moi confiance
Aussitôt madame Boudhab héla un groupe de passants:
_S'il vous plait connaissez-vous ce jeune homme ?
Ces derniers la regardèrent avec surprise.Puis ils chuchotèrent des mots .Cependant, Malika entendit des bribes qui ne faisaient que l'impressionner davantage.Pour l'encourager l'ange lui dit:
_ Dites-moi qu'est-ce qu’ils disent à propos de moi ?
L'épouse dévouée baissa son regard et répliqua :
ils parlent plutôt de moi .On dirait qu'ils se moquent de moi
_Qu'est-ce qui le prouve ?
_Ils pensent que je suis folle parce qu'ils me voient seule
_Ben, vous voyez !
_ Donc vous êtes un ange!
Puis :
_ S'il vous plait que voulez-vous de moi ?
_ De vous , non ; mais je suis venu pour vous parler de votre époux.
Soudain, Malika devint pale:
_J'espère que vous lui apportez de bonnes nouvelles
_Malheureusement , c'est tout à fait le contraire .
_Oh, mon Dieu! De quoi s'agit-il ?
_Je sais que c'est un peu dur pour vous , mais c'est la volonté divine qui le veut
Bon, je vais être bref : votre mari va mourir dans trois jours
Madame Boudhab blêmit et manqua de s'évanouir.Aussitôt, l'ange lui fit sentir un doux parfum et elle reprit ses esprit .
Cependant, elle eut le courage de le supplier :
_S'il vous plait , faites quelques chose.Mon mari a été toujours bon pour moi
_On le sait ; mais son heure vient d'arriver
Après quelques secondes de réflexions, elle reprit:
_Dites-moi: dois-je l'avertir ?
_C'est normal , non ? Et peut-être cela l'incitera à faire beaucoup de bien
Madame Boudhab eut soudain une idée.Aussitôt elle se mit en devoir de l'exécuter:
_Je vous prie de m'attendre juste deux minutes , le temps de prévenir mon mari
Puis, elle accourut vers l'intérieur de la villa; tandis que le visiteur s'en alla à son tour sans se retourner derrière lui .Bientôt, il disparut dans des ruelles sombres.
Pendant ce temps, monsieur Boudhab était entrain de chercher sa femme parmi les invités.Dès qu'il la vit , il la réprimanda sévèrement :
_ « Mais où étais-tu passé ? Nos invités tiennent beaucoup à te remercier avant de nous quitter
Cette dernière semblait ne rien écouter :
_Il faut que je te parle .Viens avec moi : il y a une personne étrange qui prédit une mauvaise chose sur toi
_Ah, bon ! je peux savoir de quoi il s'agit
Puis:
_ fais vite , sinon je vais mourir de curiosité
Malika cria fort :
_Non, non pas ça!
Monsieur Boudhab essaya de la calmer:
_ D'accord, d'accord, je t'accompagne
Alors, ils se ruèrent vers le portail .Dehors, il n'y avait personne.Au coin de la rue deux hommes étaient entrain de discuter entre eux .Malika les héla :
_S'il vous plait avez-vous un jeune homme habillé de blanc près de cette villa ?
L'un d'eux répondit : non madame .Nous sommes là depuis une quinzaine de minutes et on n'a vu aucune personne qui ressemble à la description de votre homme.
Elle les quitta après les avoir remercié.
Puis, elle dit à elle même : il a disparu
Son mari intervint : Qui a disparu ?
Malika dit tout haut : mais je parle de l'ange gardien !
Monsieur Boudhab ramena sa femme vers la chambre .Ensuite, il demanda à la servante d'apporter à madame un verre de lait frais.
Il s'approcha de sa femme et l'enlaça de ses bras : calme -toi et raconte-moi tout .Du début jusqu'à la fin.
L'épouse raconta tout et conclut : l'ange m'a dit que dans trois jours , tu vas quitter ce monde
Aussitôt, monsieur Boudhab se mit à rire .tout en lançant des commentaires qui prouvaient bien qu'il était loin de croire à la prédiction angélique.Il poussa même l’audace jusqu'à se mettre à trembler de tout son corps et crier : aide-moi , je sens que j'ai la chair de poule
Regarde comme je tremble .Oh, mon dieu je sens que mon heure est arrivée
Aussitôt, Malika pleura à chaudes larmes
Une fois de plus , Boudhab lui dit avec tendresse :
D'accord, je te crois
Puis , il la laissa seul .

 

 

Episode III :  à la recherche de l’inconnu


Le lendemain matin, monsieur Boudhab s'en alla à sa société sise rue de la prospérité n° 13 .Arrivé sur les lieux, il commença par le dépôt où il trouva le gardien Bouchaïb entrain de griller une cigarette en cachette. Bien entendu, il le réprimanda sévèrement :
_" Combien de fois t'ai-je dit de ne pas fumer à l'intérieur ?

un jour, tu mettras le feu dans toute la société et je ne vais pas l'attendre les bras croisés sans rien faire .
_ Excusez-moi patron .Si je me suis caché c'est juste pour surveiller un quidam qui rodait plus d'une heure autour du bâtiment
_ Qu'est-ce que tu dis ?
Tout heureux d'avoir évité une sanction , il lança d'un ton confiant :
_ Vous savez , je suis un bon gardien et je veille sur tout qui bouge ...
_ D'accord, d'accord , l'interrompit-il, parle-moi de cet homme
_En fait, c'est un jeune homme blond de taille moyenne .Il était habillé d'un costume blanc et portait des bésicles de soleil
_ ça alors, s'écria Boudhab , je ne savais pas que les anges portaient des lunettes solaires
_Je n'ai pas parlé d'ange patron
Le directeur sursauta :
_Dis-moi : est -ce que tu lui as parlé ?
_Mais , patron , comment pourrais-je lui parler alors que je devrais le surveiller
Monsieur Boudhab obtempéra :
_Tu as raison et tu as bien fait , le complimenta-t-il
Et d'ajouter
_Raconte-moi ce qu'il a fait au juste !
Le gardien le regarda étonné :
_Mais qu'est-ce que tu as
http://www.profvb.com/vb/images/smilies/redface.gifn dirait que tu as avalé une chaussette
_ Pa...patron, est-ce que cet homme vous intéresse ?
_ Bien sûr qu'il m'intéresse; et puis n'a-t-il pas attiré ton attention sur lui ?
_Oui patron .Son comportement était louche
_Comment louche ?
Le gardien sortit de sa poche un morceau de cigarette qu'il plaça entre ses lèvres ; puis il se mit en devoir de chercher une allumette enfouie dans l'une de ses dix huit poches .
Boudhab lui tendit un paquet de cigarette tout neuf
_Tiens et jette-moi ce mégot
_Merci , mais je voudrais bien une allumette
Le patron lui tendit un briquet
_Est-ce que je le garde aussi ?
Monsieur Boudhab balaya ces propos par un geste de la main
_Allez, mon brave , parle-moi de cet homme blond que tu as vu roder dans les parages
Après avoir allumé une cigarette, il en tira une grande bouffée.Aussitôt, il se mit à tousser. Il toisa son patron du regard les larmes aux yeux
_Sauf , votre respect, monsieur le directeur, votre boite de cigarette n'est que de la mer...
Le patron ne se fâcha nullement .Cependant il rétorqua calmement en lui tendant un petit flacon:
_Tiens bois un coup ,ça te soulagera
Aussitôt , le gardien vida tout le contenu dans son gosier et..il s'écroula sur le sol inanimé
Monsieur Boudhab ramassa son paquet de cigarette et son briquet , les remit dans sa poche ; puis se dirigea vers l'atelier.
A l'intérieur , les ouvrières travaillaient énergiquement chacune attablée à sa machine à coudre. De loin , il aperçut Une grosse femme en tablier bleu qui faisait les cents pas .Il la héla :
_Madame Chakrouni , venez un peu par là
Cette dernière accourut et dit:
_Bonjour monsieur le directeur .Vous êtes bien matinal ce matin
Boudhab jeta un coup d'œil aléatoire autour de lui et dit :
_Est-ce que tout se déroule bien ?
_Oui monsieur le directeur et la première livraison est déjà prête pour notre client
_Comment s'appelle-t-il déjà ?
_ Monsieur Boulouiz
Et d'ajouter :
_ Pour une coïncidence s'en est vraiment une !
_Comment cela , sursauta monsieur Boudhab
_ Oh , rien ; je voudrais juste vous signaler qu'un jeune homme blond vous attend dans votre bureau
Soudain, le visage du directeur se crispa , ses mains tremblèrent et ses yeux lancèrent des étincelles de colère
_Qui vous a permis de le conduire à mon bureau ?
_Mais monsieur le directeur il nous a donné une lettre de vous dans laquelle vous lui avez fixé un rendez-vous
_En êtes-vous sûr ?
_ Bien sûr monsieur le directeur et je reconnais bien votre signature .Et puis il vient de la part de monsieur Boulouiz.
Monsieur Boudhab s'écroula sur une chaise devant lui.Aussitôt , l'une des ouvrières lui apporta un verre d'eau qu'il but en petite gorgées
Puis, il lança à la contremaitre
_S'il vous plait , parlez-moi de cet homme
La grosse femme baissa ses yeux ; puis fourra son index dans l'une de ses narines.Bientôt elle essuya le doigt dans son tablier ; puis renouvela l'opération pour l'autre narine.
Le directeur suivait l'opération sans piper mot
Aussitôt la bedaine s'exclama :
_L'homme blanc m'a dit qu'il vous apportait une mauvaise nouvelle
_Ah bon lâcha le directeur
Puis :
_Vous a -t-il dit de quoi il s'agissait ?
_ Non monsieur le directeur ; mais je crois que c'est une affaire personnelle qui concerne notre client
Monsieur Boudhab se releva de sa chaise avec peine .il marcha péniblement vers son bureau qu'il atteignit avec difficultés. A travers la vitre, il aperçut sa secrétaire toute seule ; ce qui le rassura pour un moment .Cette dernière accourut vers lui
_Bonjour monsieur le directeur, je..
Il l'interrompit vivement
_Où est monsieur Boulouiz
_ Je n'ai vu personne, monsieur , croyez-moi
_Mais madame Chakrouni m'a affirmé qu'un jeune homme blond était entrain de m'attendre dans mon bureau
_ En tout cas pas ici.D'ailleurs, je suis ici depuis huit heures trente
_Merci Nabila
Puis, il accourut vers le dépôt sans se soucier des appels de sa contremaitresse
Pas de traces du gardien.Il fit quelques pas à l'intérieur : toujours aucune trace de son employé.Soudain, il remarqua une ombre qui se faufilait derrière les cartons .Il y courut à toutes jambes pour l'attraper .Cette dernière fit basculer le contenu de l'un des cartons ; ce qui fait que monsieur Boudhab chuta et la silhouette prit de l'avance et disparut aussitôt derrière la porte sans lui donner la chance de l'identifier.
Quelques instants après, le directeur atteignit à son tour le grand portail ; mais il ne vit rien de suspect. Il s'apprêtait à rentrer quand il aperçut un jeune homme blond qui discutait avec le gardien .Les deux venaient de sortir d'une maison d'en face .Aussitôt une voiture s'arrêta à quelques pas d'eux .Le conducteur leur ouvrit la portière arrière et les deux hommes y montèrent.Heureusement pour lui, ils ne l'avaient pas vu.Monsieur Boudhab hocha longuement sa tête tout en regardant le véhicule démarrer en trombe
_ « Tiens, tiens, je ne savais pas que les anges montaient dans des voitures . »

 

 

 

Episode IV:  l’inconnu est connu

 

 

Monsieur Boudhab décida de se confier à l'inspecteur Boukal .Aussi, il lui rendit visite au commissariat , parce que tout simplement ce dernier est presque absent chez lui. Donc, il s'approcha d'un policier en garde et l'apostropha poliment :
_Bonjour ! Pourriez-vous m'indiquer le bureau de monsieur Boukal
Ce dernier lui fit savoir que l'as de la filature occupe le dernier étage , mais cela ne l'empêche pas qu'il soit le premier dans toutes les catégories y compris celle des râleurs (et des râleuses). En ce moment il était entrain d'interroger un suspect ; mais il pourrait toujours l'attendre dans son bureau.
Monsieur Boudhab escalada l'escalier en comptant environ quatre vingt treize marches.Il y arriva l'air essoufflé.Aussi, il s'assit sur la dernière marche pour reprendre son souffle.A quelques pas de lui, il remarqua une porte entrouverte:
C'est le bureau de l'inspecteur se dit -il .D'ailleurs ,il me semble apercevoir quelqu'un habillé d' un manteau à carreau.C'est bien lui .
Soudain, il entendit un sorte de fracas.On dirait une masse qui venait de s'écrouler en brisant un meuble
Cette fois monsieur Boudhab lança :
"voilà la preuve: c'est une méthode utilisées dans les interrogatoire dirigés par l'inspecteur Boukal
Et d'ajouter : laissons-le terminer son travail et puis ce n'est pas bien de déranger les gens pour de simples trucs.
Alors,il obliqua vers l'autre côté pour savourer le spectacle.
En effet, de là, il distingua quelqu'un qui essayait de se relever mais qu'un gros pied l'empêchait de se tenir debout. Les coups n'étaient pas certes stridents mais faisaient crier l'homme par terre.
A un moment , un policier passa près de Boudhab et poussa la porte pour entrer .C'est là que notre homme d'affaires fut pris de stupeur
" ça alors , dit -il c'est la première fois que je vois un ange châtié par la police"
Puis, il décida d'entrer lui aussi.
En ce moment là, l'inspecteur versa de l'eau sur le corps inanimé et dit dit tout en cassant la carafe sur la tronche du malfaiteur :
_" Tiens , tiens! on a de la visite
Monsieur Boudhab qui a toujours la chair de poule envers les poulets balbutie ces mots :
Je...je ..je ne fais que passer .Si vous voulez , je reviendrais une autre fois
L'inspecteur sourit et sans cesser d'asséner des coups de poing au faux ange , dit à l'intention de son visiteur :
_ Pas du tout cher gendre , je suis heureux de vous recevoir ; mais donnez-moi quelques minutes le temps de finir ce petit travail
Sur ce , il fit relever le corps de ses deux mains robustes et l'envoya valdinguer vers la porte qui s'écroula .Aussitôt , il fit signe au policier qui venait entrer :
_ Emmenez-la à sa cellule et gardez-le moi au frais .Tout à l'heure , je continuerai mon interrogatoire avec lui
Puis, il s'approcha de monsieur Boudhab :
Bonjour Omar !Quel bon vent vous amène au commissariat!
Ce dernier le regardait ébahi , la bouche entrouverte
_Ne dites rien , je vais essayer de deviner
Je parie que madame Boudhab s'est faite la malle en allant quelque part
Non, pas ça !
Ah, bon .....ça y est vous avez trouvé votre chien de garde raide mort
Quoi , ce n'est pas cela non plus !
Mais qu'est -ce que vous avez ? On dirait que vous avez avalé votre langue
Heureusement pour lui , Boudhab réussit à articuler quelques mots
_L'ange gardien
_ l'ange gardien répéta l'inspecteur
_ je suis venu à propos de l'ange gardien , continua l'homme d'affaires
L'inspecteur éclata de rire avant de répondre :
Cher gendre , vous ne manquez pas d'humour et croyez -moi j'en avais justement besoin après la scène de tout à l'heure
_Justement , répliqua monsieur Boudhab , cet homme que vous venez de malmener , je le connais
_ Ah , bon !
_ Oui, certifia-t-il : il est venu chez moi et a annoncé ma mort à ma femme
_ Tiens, tiens , seriez-vous l'une de ses victimes
_ Comment cela ?
_ Mon cher , l'homme qui était devant vous est le plus grand escroc de la planète .Jusqu'ici il a escroqué des milliers de personnes
Au fait, racontez-moi tout."
Ainsi monsieur Boudhab relata tous les faits.Quand , il termina son récit , il ajouta:
_ Je crois qu'il a des complices
L'inspecteur ouvrit alors le tiroir de son bureau pour en sortir une vingtaine de photos
_" Tenez , lui dit-il , regardez parmi ces photos si par hasard , vous en connaissez quelques personnes
Monsieur Boudhab fit passer les photos une à une.Soudain, il montra de son doigt l'une d'elle et s'écria :
_ Celui-là ,c'est le gardien de mon dépôt.
Puis, il tendit la photo à l'inspecteur
_ Bravo, le complimenta ce dernier .Votre visite n'a apporté que du bien..mais continuez identification des personnes.
En effet, l'homme d'affaires s'exclama à nouveau :
_ Celui là est le chauffeur de la société
Tout en dévisageant la photo, l'inspecteur apostropha son interlocuteur
_Depuis quand travaille-t-il chez vous ?
L'homme d'affaires se tapa le front:
_Bon sang de bon sang , mais il y a juste deux semaines.D'ailleurs c'est le gardien de mon dépôt qui me l'avait conseillé parce que prétendait-il c'était quelqu'un de sérieux et qui aurait une grande expériences dans le transport en commun
L'inspecteur s'approcha de monsieur Boudhab et lui serra longuement la main avant de dire :
_ Vous m'avez rendu un fier service.Grâce à vous , on résoudra l'affaire de l'ange gardien
Monsieur Boudhab eut le dernier mot:
_" Même les anges , ils n'ont pas droit à l'erreur."


Fin de l'intrigue

PS: il s'est avéré que la contremaitresse de l'usine, la servante de la maison, et même sa secrétaire étaient de connivence avec l'ange gardien .D'autre part, on vient de découvrir l'identité de l'escroc : c'est....excusez-moi, je n'ai pas le droit de vous le dire
Pour les curieux , ils n'ont qu'à contacter l'inspecteur Boukal.Son numéro de téléphone se trouve dans tous les annuaires téléphoniques du monde.


Houmidi : 7 janvier 2011

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Houmidi59
  • Le blog de Houmidi59
  • : Vous allez vivre de drôles d'aventures avec mon personnage unique en son genre : Jelloul . Vous ferez connaissances aussi avec d'autres opersonnages ,comme Abbas le cinglé, Kabbour, Hamdane etc....
  • Contact

Profil

  • Houmidi59
  • Je suis enseignant .
J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers.
Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis
  • Je suis enseignant . J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers. Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis

Texte Libre

Module Calendrier

Archives

Liens