Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 15:46

Fiction : la mort de Houmidi

C'est fou que certains individus n’aient pas le sens de la réalité. A croire qu''ils vivent dans un monde imaginaire! Un monde aussi merveilleux que le conte des mille et une nuit. Malheureusement, quand, ils se réveillent, non seulement ils sursautent, mais ils se déçoivent vite .Alors, ils finissent par s'isoler de leur entourage .Ainsi, ils vivront le restant de leur vie entre les deux mondes : le réel et l'imaginaire. Comme quoi, ils n'ont qu'à faire un seul pas pour sombrer dans le vide.
Personnellement, j'ai été toujours un réaliste .Certes, je peux avoir recours à mon imagination ; mais seulement pour écrire des romans .Cependant, j'avoue que ça ne déplait guère de devenir un personnage célèbre et connu par mes contemporains. Alors, pour une fois, l'imagination de votre ami Houmidi est allée un peu loin ...plutôt plus loin que ne le permet l'imagination d'un homme normal

A vous de voir


Enveloppé dans un linceul aussi blanc que de la neige, Houmidi assistait à ses propres funérailles. De son corps n'apparaissait que sa tête. Il avait l'air calme et serein et on dirait qu'il souriait à ses visiteurs .Ces derniers s'abaissaient pour l'embrasser pour la dernière fois. Houmidi entendait bien ce qu’ils disaient ; mais, il ne pouvait leur répondre. Certains disaient du bien de lui. D’autres le traitaient par tous les noms
.Heureusement pour lui , ils n'étaient pas plus que les doigts d’une main.
Un homme s’approcha de lui .Il l’embrassa sur le front et pleura un certain moment. Houmidi reconnut en lui son frère Bouchaïb.Ce dernier sortit une feuille de sa poche, puis un stylo. Il se mit à écrire durant quelques minutes. Après quoi, il plia la feuille et la remit dans sa pocha.
Il regarda à sa droite et à sa gauche et murmura dans l’oreille droite de Houmidi ces quelques mots : mon frère, je viens d’écrire un poème pour toi que je vais publier tout de suite dans Dafatir. Tu seras plus célèbre mort que vif.
Et, il quitta la chambre sans se retourner .Des regards le suivirent jusqu’à sa disparition derrière la porte et aussitôt on entendit des éclats de rire .Houmidi se demanda pourquoi ces gens se marraient comme des bossus .La réponse ne tarda pas à se dévoiler : l’un d’eux dit tout haut « ce brave Houmidi nous faisait tant s'esclaffer avec ses histoires de
Jelloul »0
Un autre se demanda si vraiment ce Jelloul aurait existé.
On lui répondit que Houmidi était quelqu’un de réaliste , mais il avait crée un autre monde pour ses lecteurs. On ajouta aussi qu’il aimait partager tout avec ses contemporains. C’était plutôt une chose réjouissante pour le créateur de Jelloul. Il aurait aimé embrassé ce dernier, mais enveloppé comme il était, il se contentait de hocher sa tête en signe de satisfaction.
Bientôt, la pièce fut remplie de visiteurs qui étaient venus pour présenter leurs condoléances à son épouse ainsi qu’à ses enfants. Houmidi sentit de la chaleur humaine se dégager dans l’air .Il crut même apercevoir des anges voler au dessus d’eux.0
Quelques minutes après, trois hommes barbus firent irruption dans la pièce : c’était les tolbas.Aussitôt , ils récitèrent quelques versets coraniques. Pendant ce temps là, tout le monde écoutait avec un certain égard et respect pour le défunt. Quand ils achevèrent leur lecture, des chuchotements entre les convives se lancèrent. Bien entendu, Houmidi n’entendit que des bribes de parole. Néanmoins, il comprit grosso modo l’idée générale : on parlait de la mort, du bien et du mal
Houmidi souriait et se dit : les gens ne pensent à la mort que quand ils assistent à un enterrement !
Mais, il réalisa vite que lui-même avait assisté à des funérailles semblables et que durant une grande partie de la nuit, on avait évoqué l’au-delà et tout ce qui concernait le dernier jugement.
Soudain, on apporta le « chellal ».Les convives essuyèrent leur larmes et Houmidi entendit quelqu’un dire entre ses dents : Enfin, on nous apporte à manger. Ce n’est pas trop tôt, ajouta un autre.
Un troisième répliqua : espérons qu’il y aura un bon festin plutôt que ce plat de couscous.
Cette remarque fit sourire quelques uns et l’un d’eux fit remarquer à la cantonade qu’il donnerait sa main à couper que cette nuit on mangerait (à foison) des plats succulents, parce que d’après lui Houmidi était quelqu’un de très généreux .Il l‘aurait même entendu dire avant sa mort que ses invités se régaleraient de pastillas garnies de poulets et d’amandes.
Houmidi n’en croyait pas ses oreilles. Il allait se révolter et crier tout haut que ce n’était pas vrai, quand on fit entrer les plats :
Hein ! S’exclamèrent en chœur tous les convives .Le parieur, quant à lui, il se releva aussi fier de lui qu’un bachelier qui aurait eu son baccalauréat après sa dixième tentative. Il s’humecta la bouche et déclara sans ambages : vous voyez, mes amis, les succulents plats
de pastillas. Moi j’en ai déjà l’eau à la bouche
Houmidi aussi avait envie de partager le festin avec eux ; malheureusement, il ne pouvait se déplacer et ses mains étaient liées. Alors, il décida de penser à autre chose .Justement, il pensa à ses lecteurs de Dafatir : comment réagiraient-ils quand ils apprendraient la nouvelle de sa mort ?0
Ils se mit à les énumérer. Il souriait à chaque pseudonyme évoqué : Boukmakh, Hikma, Red1.m, Chabib, Fatéma Dalil, Perle Blanche, Tatamoun….enfin des ami(e)s qui étaient durant un certain temps ses fidèles lecteurs.
Pendant ce temps là, les uns mangeaient , les autres se goinfraient , d’autres boulottaient avec appétit. Bien entendu, la discussion avait acheminé vers d’autres sujets plus important tels que l’invasion chinoise de l’Inde , le déraillement du TGV qui reliait Oujda à Nador , le dernier exploit d’un unijambiste qui avait battu le record du monde des cent cinquante mètres et enfin les déclarations du ministre de l’Education Nationale concernant le rétrécissement des heures de travail pour les enseignants primaires.
Houmidi tendit l’oreille pour en apprendre davantage sur ce dernier point. Ainsi, il sut que ses collègues allaient dorénavant avoir un emploi de temps qui ne dépasserait pas dix huit heures de travail. Houmidi était tellement content qu’il jubilait et criaient à tue tête. Bien entendu, personne ne l’entendit.
Enfin, on débarrassa les tables et on apporta de nouveau le « chellal » .Quelques instants après, on reprit la lecture du coran, et on chanta quelques madihs.
Houmidi qui aimait ce genre de chant les accompagnait comme un élève assidu.
Soudain, une personne entra dans la pièce .Cette personne, Houmidi avait l’impression de la connaître .Cependant, il lui était difficile de l’identifier.Même les convives étaient dans l’impossibilité de le faire.D’ailleurs, ils se regardèrent avec étonnement.
Le nouveau visiteur les dévisagea et partit d’un grand rire qui les fit tressaillir et lança : pourquoi me regardez-vous comme ça ? Est-ce que je vous fais peur ? Rassurez-vous je suis un être humain comme vous ! Puis : je m’appelle Jelloul
Hein ! Sursauta Houmidi
Quoi ! Cria toute l’assemblée
Le dernier venu ria encore ; puis reprit d’un air aussi sérieux qu’un malade devant son médecin : je suis venu présenter mes condoléances à la famille de Houmidi. Il dirigea son regard vers le défunt et ajouta : mon vieil ami , j’aurais bien aimé te voir dans d’autres circonstance que celle-ci.
Son vieil ami lui fit signe de s’approcher.Celui-ci hocha sa tête : pas maintenant .Tout à l’heure quand ces casse-pieds auront quitté ta maison, on discuteras.Parce que figure-toi , j’ai beaucoup de points que tu dois m’éclaircir.
On regarda ce nouveau venu avec stupeur.
Vous êtes vraiment ce Jelloul le héros des aventures burlesques de Houmidi ? Dit l’un d’eux
Mais c’est ridicule ! reprit un autre
Houmidi se débarrassa de son linceul et rejoignit le groupe .Il croyait par ce geste que chacun de ces personnes allait prendre ses jambes à son cou ; mais rien de cela ne fut. Le seul qui avait réagi c’était Jelloul .D’ailleurs , il ne manquait pas d’humour :
Fais attention mon vieux ! Ne vois-tu pas que tu es tout nu ? Lui dit-il d’un ton narquois
Tu me vois, s’exclama Houmidi
Mais oui, bien sûr confirma « l’homme malicieux »0
Et d'ajouter:et voilà un coup pour te rafraichir les idées
Soudain, Houmidi sentit sa tête tourner à une vitesse
vertigineuse et il sombra dans le noir.
Quand il se réveilla, il avait encore le stylo à la main .Au fait, il était assis à son bureau. Alors, il réalisa qu’il avait écrit quelques pages en français.
Il commença la lecture : Enveloppé dans un linceul aussi blanc que de la neige…………0
Houmidi : Oujda le 25 octobre 2012

 

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 22:45


Elle se retourna brusquement et ne manqua pas de crier :
_ Ah, mon Dieu


Devant elle surgit un jeune homme .Tout blanc comme il était qu'il ressemblait à un ange. D'ailleurs, tout étincelait autour de lui.

_ Qu'est-ce que tu as Malika? Tu sembles comme surprise !
Cette dernière balbutia des mots :
_ je...je..mais la servante m'a dit qu'un vieil homme demandait à me voir
_ C'est vrai !
_ Alors ?
_ C'est simple , je me suis transformé
_ Est-ce que vous vous moquez de moi ?
_ Pas du tout. D’ailleurs, les anges sont les derniers à aimer les plaisanteries.
Malika hésita quelques secondes avant de reprendre avec méfiance:
_ Vous êtes un ange ?
_Tu ne me crois pas .D'accord , je vais te le prouver.
De sa main , il montra des passants :
_Regardez ces honorables gens : ils ne peuvent me voir
Demandez-leur qui est avec vous ?
_ Mais..
_Allez, Malika ! Faites-moi confiance
Aussitôt madame Boudhab héla un groupe de passants:
_S'il vous plait connaissez-vous ce jeune homme ?
Ces derniers la regardèrent avec surprise.Puis ils chuchotèrent des mots .Cependant, Malika entendit des bribes qui ne faisaient que l'impressionner davantage.Pour l'encourager l'ange lui dit:
_ Dites-moi qu'est-ce qu’ils disent à propos de moi ?
L'épouse dévouée baissa son regard et répliqua :
ils parlent plutôt de moi .On dirait qu'ils se moquent de moi
_Qu'est-ce qui le prouve ?
_Ils pensent que je suis folle parce qu'ils me voient seule
_Ben, vous voyez !
_ Donc vous êtes un ange!
Puis :
_ S'il vous plait que voulez-vous de moi ?
_ De vous , non ; mais je suis venu pour vous parler de votre époux.
Soudain, Malika devint pale:
_J'espère que vous lui apportez de bonnes nouvelles
_Malheureusement , c'est tout à fait le contraire .
_Oh, mon Dieu! De quoi s'agit-il ?
_Je sais que c'est un peu dur pour vous , mais c'est la volonté divine qui le veut
Bon, je vais être bref : votre mari va mourir dans trois jours
Madame Boudhab blêmit et manqua de s'évanouir.Aussitôt, l'ange lui fit sentir un doux parfum et elle reprit ses esprit .
Cependant, elle eut le courage de le supplier :
_S'il vous plait , faites quelques chose.Mon mari a été toujours bon pour moi
_On le sait ; mais son heure vient d'arriver
Après quelques secondes de réflexions, elle reprit:
_Dites-moi: dois-je l'avertir ?
_C'est normal , non ? Et peut-être cela l'incitera à faire beaucoup de bien
Madame Boudhab eut soudain une idée.Aussitôt elle se mit en devoir de l'exécuter:
_Je vous prie de m'attendre juste deux minutes , le temps de prévenir mon mari
Puis, elle accourut vers l'intérieur de la villa; tandis que le visiteur s'en alla à son tour sans se retourner derrière lui .Bientôt, il disparut dans des ruelles sombres.
Pendant ce temps, monsieur Boudhab était entrain de chercher sa femme parmi les invités.Dès qu'il la vit , il la réprimanda sévèrement :
_ « Mais où étais-tu passé ? Nos invités tiennent beaucoup à te remercier avant de nous quitter
Cette dernière semblait ne rien écouter :
_Il faut que je te parle .Viens avec moi : il y a une personne étrange qui prédit une mauvaise chose sur toi
_Ah, bon ! je peux savoir de quoi il s'agit
Puis:
_ fais vite , sinon je vais mourir de curiosité
Malika cria fort :
_Non, non pas ça!
Monsieur Boudhab essaya de la calmer:
_ D'accord, d'accord, je t'accompagne
Alors, ils se ruèrent vers le portail .Dehors, il n'y avait personne.Au coin de la rue deux hommes étaient entrain de discuter entre eux .Malika les héla :
_S'il vous plait avez-vous un jeune homme habillé de blanc près de cette villa ?
L'un d'eux répondit : non madame .Nous sommes là depuis une quinzaine de minutes et on n'a vu aucune personne qui ressemble à la description de votre homme.
Elle les quitta après les avoir remercié.
Puis, elle dit à elle même : il a disparu
Son mari intervint : Qui a disparu ?
Malika dit tout haut : mais je parle de l'ange gardien !
Monsieur Boudhab ramena sa femme vers la chambre .Ensuite, il demanda à la servante d'apporter à madame un verre de lait frais.
Il s'approcha de sa femme et l'enlaça de ses bras : calme -toi et raconte-moi tout .Du début jusqu'à la fin.
L'épouse raconta tout et conclut : l'ange m'a dit que dans trois jours , tu vas quitter ce monde
Aussitôt, monsieur Boudhab se mit à rire .tout en lançant des commentaires qui prouvaient bien qu'il était loin de croire à la prédiction angélique.Il poussa même l’audace jusqu'à se mettre à trembler de tout son corps et crier : aide-moi , je sens que j'ai la chair de poule
Regarde comme je tremble .Oh, mon dieu je sens que mon heure est arrivée
Aussitôt, Malika pleura à chaudes larmes
Une fois de plus , Boudhab lui dit avec tendresse :
D'accord, je te crois
Puis , il la laissa seul .

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 09:09

 


Je traverse la rue tranquillement ;quand une voiture me heurte à mort.Aussitôt, je perds connaissance et je sombre dans le vide.Je crois que je viens tout simplement de quitter notre monde vers un autre .En ouvrant mes yeux , je ne vois que du brouillard .Bientôt, j'aperçois des ombres .Je réalise que ce sont des êtres humains .Malheureusement, il semble qu'ils ne se soucient guère de ma présence.J'écarquille mes yeux dans le but de reconnaitre l'un d'eux .Mais, en vain.
Je me relève et commence à marcher .Je parcours ainsi des centaines de pas.Le brouillard commence à se dissiper .Bientôt, j'aperçois une voiture de loin .Aussitôt, je me dis : mais c'est la voiture qui m'a renversé !
Je m'approche du véhicule .Le conducteur est à l'intérieur .Il dort à poing fermé.Je tape sur la vitre de la voiture pour manifester ma présence.Le dormeur sursaute .Il me regarde d'un air étonné
_"Qu'est ce que vous voulez ? Me dit -il en guise de salut
Je lui répond poliment :
_ vous venez , il y a juste dix minutes de me renverser avec votre voiture...
Il m'interrompt net :
_ Etes-vous devenu fou? Hurle-t-il, je suis accroupi là depuis des mois et des mois
_ Hein rétorqué-je
Le conducteur se relève .Il sort de sa voiture ; puis, il me dévisage longuement avant de dire :
_ Vous , je ne vous connais pas
Puis:
_ c'est sûr , vous venez d'un autre monde
_ Quoi ! m'exclamé-je.S'il vous plait , ou sommes nous ?
Il sourit :
_ Mais vous êtes dans l'Antichambre
Je répète comme un élève et avec un ton plus exclamatif que le sien : l'antichambre!
Comme je n'ai rien compris , j'ajoute :
_ C'est quoi cette antichambre ?
Il me foudroie de son regard .C'est alors que je constate que ses yeux sont rouges .On dirait qu'il n'apprécie pas ma présence .Cependant, il me dit : écoutez , vous êtes quelqu'un de curieux et de bavard et moi je n'ai pas de temps à perdre avec vous.Si vous voulez tout savoir , suivez cette voie.
Et il désigne de son index un point obscur dans le néant
Il ajoute : allez tout droit jusqu'à ce que vous trouvez une pancarte entre deux chemins ; et là à vous de voir
Je veux répliquer , mais il ne me laisse pas cette oportunité.Alors, il s'enferme dans son véhicule et s'endort à nouveau
Je suis son conseil.Ainsi , je marche plusieurs centaines de mètres.En chemin, j'ai croisé beaucoup de gens.Aucun d'eux ne fait à moi.On dirait qu'ils ne voient pas et n'entendent rien .Ce sont sûrement des zombis !
J'ai beau les appeler, ils continuent de marcher comme moi .J'ai remarqué aussi qu'ils ne se parlent pas entre eux et que leur tête n'a pas de cheveux.En somme ce sont des chauves.Je continue mon chemin et à chaque fois je dépasse plusieurs groupe
Enfin , j'arrive à un croisement de chemin.Juste au milieu, il y a une pancarte comme me l'a indiqué le conducteur .Je m'approche pour lire ce qu'il y a écrit.Voyez-vous , il y a toujours du brouillard autour de nous.Je lis : paradis d'un côté et enfer de l'autre côté
Bien entendu, j'opte pour le premier chemin ; tandis que derrière moi, des groupes de marcheurs se dirigent vers l'autre chemin .Aussi, je constate avec surprise que je suis le seul à avoir opté pour cette direction
Juste après une centaine de mètres, je me vois dans un autre monde .Soudain, le brouillard s'évapore et une lumière intense inonde tout mon entourage .A un moment, je ferme mes yeux ; puis mes yeux se sont vite habitués au flot de lumière .
Cette fois , je vois de la verdure : des arbres garnis de fruits , des fleurs éparpillées partout .Il y a même quelques papillons qui voltigent là et là.Derrière moi, de l'eau coule et des chants parviennent jusqu'à mon oreille.
C'est le printemps, me suis-je dit.Puis, je réalise que quand là-bas dans mon ancien monde , j'ai laissé l'hiver.
Donc, je cherche de mon regard une présence humaine ; quand , j'aperçois un vieil homme .Il ne semble pas me voir.Tout simplement, il est en phase de méditation.Je m'approche quand même de lui et lui dit poliment:
_" excusez-moi grand-père , je voudrais juste savoir ou somme-nous!
Après une vingtaine de secondes , le Vieux ouvre ses yeux , me regarde et répond :
_ N'as tu pas lu la pancarte mon , mon fils
_ Si , je dis du tac au tac
_ Alors, poursuit-il, pourquoi poses-tu cette question ?
Je n'arrive pas à comprendre .Aussi, je fais savoir au vieil homme que je viens juste de mourir et que je m'aperçois que je me trouve dans un autre monde
_ Non, explique-t-il , tu n'es pas mort ; tu viens juste de passer du monde des mortels à celui des immortels
Puis:
_ toi, tu es quelqu'un de bien ; c'est pour cela que tu as choisi le bon chemin
Je le regarde étourdi .Il me tape l'épaule avec affection: quelque chose ne va pas mon fils ?
Après un bref silence , je lui fais savoir qu'au croisement des deux chemins , j'ai vu une grande partie des gens prendre l'autre chemin.
Il sourit et me dit :
_" mon fils ceux qui prennent ce chemin sont les mauvais
_ Mais, répliqué-je, pourquoi n'ont-ils pas pris ce chemin? Il n'est sûrement pas gardé.D'ailleurs personne ne vous barre le passage
_ Ecoute mon fils , reprend le vieillard, ces gens que tu as vus ne peuvent prendre ce chemin parce que tout simplement ils ne le voient pas .Pour eux, il n'existe qu'un seul chemin.Tandis que pour toi, il en existe deux .Tu n'as qu'à choisir .C'est évident pour tout ceux qui font du bien dans leur vie antérieure
Toi, mon fils tu es quelqu'un de bien : tu as bien rempli ta mission : envers ton Créateurs et tes semblables
_ Alors, je m'exclame, c'est facile de trouver le paradis
_ Ben oui, sourit-il de nouveau ; mais...
Je poursuis sa réflexion:
_ ... les gens ne veulent pas
_ Tu as bien saisi , approuve mon interlocuteur
Puis, :
_ viens je vais te faire visiter le paradis
Il réalise aussitôt ma stupeur
_ On n'est pas encore au paradis .Tiens, voilà de belles hôtesses qui vont t'assister et prendre bien soin de toi .
Aussitôt, des anges vêtus de blanc s'approchent de moi et me secouent tendrement
_" Réveillez-vous monsieur .Vous avez beaucoup dormi
J'écarquille mes yeux : deux ravissantes infirmières sont à mon chevet avec leur sourire innocent.Dieu merci dit l'une d'elles , vous revenez à la vie après presque vingt heures de coma."
Et , elle appelle le médecin:
_ Professeur ! Vous avez réussi."


Abdelhamid
Oujda le 26 novembre 2010

 

 

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 14:48


Episode IV et fin

Le professeur est entrain de faire des recherches quand son téléphone interrompt son silence
_Allo, s’empresse –t-il de répondre
_Bonjour professeur ; j’espère que vous vous souvenez de moi
Et d’ajouter :
_ Je suis le docteur Krush
Le professeur sourit et dit :
_ Que puis-je faire pour vous ?
Alors, le docteur lui donne un bref aperçu de la situation et conclut :
_ On a besoin de votre aide .Pourriez-vous venir et nous éclairer.
_ Vous savez, nous aussi, on a pas mal de problèmes .Nous aussi, on a été envahi par des êtres venus d’une autre planète.
Heureusement qu’ils sont pacifistes.
Cependant, ils peuvent constituer un danger pour notre race
_Comment cela, s’interroge Krush
_Ces étranges créatures ont presque dévoré les montagnes qui entourent notre ville .C’est leur nourriture .En ce moment, je suis entrain de leur trouver un équivalent à base d’herbe et de plantes.
Dans moins de quelques heures, je vais le tester sur certains d’entre eux
Après un bref silence, le professeur ajoute :
_Envoyez-moi une dépouille de ces envahisseurs.
Je vais voir ce que je peux faire.
_ D’accord, conclut son interlocuteur dans quelques minutes vous aurez votre colis.
Mais, s’il vous plait faites vites .La situation s’empire et on ne pourra tenir plus longtemps
_Rassurez-vous je réussirai et comme toujours
Et il raccroche.
Une demie heure plus tard, le commissaire Mamoun pénètre dans le bureau du professeur accompagné de deux policierss.Ces deux derniers tiennent à la main un grand paquet
_Bonjour prof dit l’homme de l’autorité, je vous apporte un cadeau
_Merci mon bon ami .Mais c’est pas le genre à vous donner de l’appétit.
Et d’ajouter :
_Certes pour moi ça m’aide dans mes recherches.
Sur ce, il entame un résumé de ce qui s’est passé .Puis, il ouvre le paquet pour commencer son travail.A la vue du contenu, le commissaire s’éclipse en disant :
_ Vous avez raison professeur .Mieux vaut changer d’air
_Je vous l’avais dit, conclut ce dernier.

Revenons à nos créatures pacifistes .Ils sont réunis dans un coin de la ville.
Ils semblent en colère .Cependant, aucune réaction violente de leur part .Ils n’attendent que l’arrivée du professeur.
Quelques instants après, des infirmiers arrivent avec des boites .Il en distribuent à chacun une.
Ces êtres regardent la boite d’un air étonné .L’un des hommes en blanc leur explique en gestes et mimes que c’est quelque chose à manger.
En effet, ils réalisent vite que ça a du goût et que c’est encore plus délicieux que les roches
_ Hourra ! Crient les infirmiers .Le professeur a réussi.
Aussitôt l’un d’eux accourt vers le laboratoire pour en demander une autre quantité.

Après les différents examens faits sur le cadavre, le professeur constate une chose très importante que ses collègues scientifiques n’ont pu détecter : ces êtres ont une allergie pour le rouge .D’ailleurs, pas un grain de cette couleur ne se trouve dans leurs corps.
Aussi le professeur verse du liquide rouge sur un reste de la dépouille.
Comme par enchantement, celle-ci s’évapore
Il ne reste plus qu’à téléphoner à son collègue Krush pour lui donner la recette magique
Dès que le téléphone résonne dans la pièce, le médecin se précipite sur le combiné et dit :
_Allo professeur, je suis à l’écoute
Pour toute réponse, il entend ces recommandations :
Pour combattre ces créatures aspergez-les de liquide rouge ou n’importe quoi qui a cette couleur .Vous allez voir : c’est époustouflant !
_Merci Honorable Houmidi .Je savais bien que vous étiez le seul à le faire
Puis, il raccroche et appelle les autorités pour faire le nécessaire.
Le professeur vient à peine de boire un verre de jus de tomate quand l’un des infirmiers entre essoufflé et aussi jaune qu’un citron pressé
_Qu’est –ce qu’il y a mon petit .Tu ne sembles pas bien être dans ton assiette
_Professeur, les créatures…les créatures…
_Bon, qu’est-ce qu’elles ont ces créatures ?
_Elles se sont volatilisées !
_Toutes ?
_Oui, professeur, tous ces êtres ont soudain disparu
Houmidi fait un tour dans la pièce :
_Donc ce médicament nous a débarrassé une fois pour toute de ces envahisseurs
Puis : c’est aussi l’occasion de le tester sur les hommes rouges
_Vous voulez dire les bandits
_Allez, qu’est-ce que tu attends ? Cours vite avec tes collègues et donnez à chacun d’eux une bonne ration.
Et de conclure :
_Cette recette qui a fait ses effets sur des créatures qui ont un cœur et un foie de couleur verte pourra être sûrement être bénéfique pour les nôtres.
Fin

PS : le professeur avait raison : ces vilains bandits et brigands sont aussitôt devenus aussi doux que des agneaux.
Bientôt, cette recette sera exportée vers tous les pays en guerre ou ceux en conflit.
Tous les hommes seront bons et pacifistes .Peut-être bien qu’ils penseront à devenir une seule communauté : la race humaine, tout simplement

Houmidi : 31 juillet 2010










Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 14:44

Episode III

Dans le repaire des brigands, ces derniers ont attendu toute la journée le retour de leur ami, mais en vain.Deux jours se sont écoulés et toujours aucune nouvelle du disparu.A la fin, on décide d’envoyer deux des leurs pour s’informer et avoir des nouvelles.
Pendant ce temps, les autorités ont doublé les patrouilles de surveillance et les hommes riches après être alertés sortent de moins en moins et s’ils risquent une sortie, la plupart d’entre eux sont accompagnés de leurs animaux : lions, tigres, panthères et loups.
A environs une vingtaine de kilomètres de la ville , un engin spatial atterrit sur une colline.

Aussitôt, des hommes étranges en descendent .Ils sont petits avec des grosses têtes et un ventre tout petits .Pas de doute , ils viennent d’une autre planète.
L’un d’eux s’approche d’une grande roche .Il sort de sa poche un engin qui a l’air d’une arme.Il tire deux coups et la roche est réduite en poussière .Les autres en font autant.
Bientôt, la région est devenue aussi plate qu’une main tendue.
Ces individus louches sont presque une centaine .Il ont l’air affamés .Aussi, ils ont vite dévoré ces roches réduites en poussières.
Quelques instants après, un des leurs qui est un peu plus grand que les autres les invite à s’approcher de lui .Puis, il se met à leur parler d’une langue qui ressemble de près au dialecte berbère .Son discours dure une bonne vingtaine de minutes .Après quoi, les cent envahisseurs se dispersent en groupes d’une dizaine chacun et chaque groupe prend une direction .Le chef est resté avec quelques hommes et femmes.
A des centaines de kilomètres de notre ville.Dans une grande ville, il y a beaucoup de remue ménage.Il semble qu’on a été attaqué .Les gens courent de tous les côtés .Certains tombent, d’autres se relèvent avec peine.Il y a des explosions et des tirs aux rayons.
Des hélicoptères survolent l’air de la cité .On entend des haut parleurs crier à la cantonade : veuillez s’il vous plait évacuer les lieux et barricadez-vous chez vous
Ceux qui ont eu la chance de regagner leur domicile ont pu savoir grâce aux chaînes télévisées ce qui se passe.
En effet l’un des speakers dit : des engins étranges venus d’ailleurs ont attaqué la ville (X) .Ils sont armés et semblent avoir le dessus sur nous.

Dans l’attente de la venues des secours des villes les plus proches, notre force armée essaie de repousser l’attaque .Mais pour combien de temps va-t-elle résister ?
Pendant ce temps, dans un laboratoire, les scientifiques analysent la dépouille d’un des envahisseurs morts
_ « C’est vraiment étrange, fait remarquer un médecin.On dirait qu’il n’a pas de cœur
_En effet, rétorque son collègue .Il n’a pas de foie
Un troisième résume la situation :
_Ces hommes qui n’ont ni cœur ni foie vont faire beaucoup de dégâts si on reste les bras croisés
_Que pouvons-nous faire lance une infirmière
Après un bref silence, le premier médecin reprend :
_ « J’ai une idée .Je connais un grand génie qui habite à des centaines de kilomètres de chez nous .Ils nous a maintes fois aidé dans nos recherches scientifiques .C’est lui qui peut nous sauver
_As- tu son téléphone portable, fait remarquer son collègue
_Ben oui, d’ailleurs ma dernière communication avec lui remonte à environs un mois
_Voilà qui est décevant, pendant ce temps, il peut être en voyage
_Non , rassure-toi , comme je le connais , il est toujours chez lui
Je vais l’appeler sur le champ
Et d’ajouter :
_Notre survie dépend de son aide

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 01:46

 


Comme vous l’avez sûrement deviné, dans cette ville il y a des catégories de gens qui se différencient par leurs habits et la couleur.
Vous avez eu l’occasion de connaitre Elmekki l’un des riches de la ville et aussi la bande des brigands et des voleurs …bref les hors la loi .Cela me fait penser à vous présenter les hommes de l’autorité.
En effet, ils sont partout armé d’engins à rayons ultra violet pour mener à bien leur mission .Un simple coup de ses armes paralyse un éléphant pour un peu plus de quinze minutes .Ces hommes de la loi sont habillés d’un uniforme vert .Ils patrouillent par groupe et le groupe varie entre trois et cinq membres .Enfin cela dépend de la zone ou ils opèrent.
Il y a aussi les pauvres et qui sont la majorité .La plupart d’entre eux sont des journaliers : plombier, électricien, maçon, menuisier cordonniers ……etc.Ils n’ont pas d’endroit fixe .Chacun d’entre eux porte son matériel dans une mallette .Il faut dire que les outils ont évolué .Ils sont à peine aussi grands qu’un double décimètre .Ils fonctionnent grâce à l’énergie solaire .Ces gens sont habillés de vêtements assez sombres et dont la couleur varie selon le métier .Aussi, il y a du gris , du marron, et du mauve .
Il y a aussi les médecins , les infirmiers , les dentistes et les pharmaciens ; tous mettent un tablier blanc ; preuve qu’ils sont les seuls êtres qui ne détestent personne. Au fait , ils soignent tout le monde .
Ah, j’ai oublié une autre catégorie : celle des savants et des lettrés .Ces gens là ont des blouses qui descendent jusqu’aux pieds. Ils sont connus par leur couleur jaune.
Pour le sexe féminin, surtout les jeunes femmes et les filles, elles sont habillées d’un tricot et d’une jupe rose.
Comme vous voyez, c’est une société de couleur .Certes pas homogène mais bien organisée.
Donc, revenons à monsieur Elmekki .Il vient de sortir de la banque après avoir touché son approvisionnement mensuel. A propos tous les riches font comme lui.
Pour ce qui est du bandit, lui aussi est sorti sans savoir ou aller. Soudain, il aperçoit l’ « homme en bleu ».Alors, il pense l’attaquer par surprise et lui voler la mallette.Avant qu’il n’ait le temps d’intervenir, le lion sauta sur lui et le déchiquette en mille morceaux.
Elmekki continue son chemin comme si de rien n’était.
Arrivé chez lui, il téléphone à la police :
_ « Bonjour, s’il vous plait passez-moi le commissaire Mamoun
_ Une minute, lui répond une voix féminine
Puis :
_ « Salut mon ami, que puis-je faire pour toi ?
_ Dieu merci tu es là .On vient de m’attaquer il y a presque une heure
_ Un voleur sûrement, pense l’homme de l’autorité
_ En effet, mais ce n’est pas ça qui me préoccupe
Après un bref silence, il ajoute :
_C’est le troisième homme qui m’attaque
_ Hein ! S’exclame son interlocuteur
_ Oui, la vérité est que je vous ai caché les deux autres tentatives d’agression.
Maintenant, je pense que la situation va s’aggraver
_ Comment cela ? Explique-toi !
Elmekki réfléchit un moment puis dit :
_ « Jusque là les bandits et les hors la loi n’attaquaient que les pauvres .Ils n’ont jamais osé s’aventurer chez nous.
Je crois, conclut-il, qu’ils vont finir par nous attaquer nous aussi
_Pas de panique, le rassure le commissaire.
La police est faite pour régner l’ordre .On va augmenter le nombre de patrouilles et on sera sur nos gardes.
Attendons d’avoir la certitude.
Les jours qui viennent nous éclairciront bien
Puis, il raccroche.






A suivre…….

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 14:03

 

 

 

Nous sommes en l’an 2213.Cela se passe dans une ville située sur le sommet d’une montagne. C’est un jour ensoleillé du mois de janvier .Il fait une chaleur insupportable, à tel point que la plupart des gens sont restés chez eux.

Cependant, un homme d’un certain âge, habillé d’un costume d’une couleur bleue claire, se dirige à pas lents vers un grand bâtiment. J’ai oublié de vous dire qu’il tient un grand animal en laisse. Vous ne le devinerez jamais : un lion.

 Dès qu’il entre, un employé accourt vers lui :

_ «  Bonjour monsieur Elmekki, heureux de vous revoir après tout un mois.

Pour toute réponse, l’interpelé lui remet une carte magnétique. Celui-ci la fourre dans une fente d’une machine. Aussitôt, un écran s’allume et on peut voir des caisses numérotées de A à Z.L’homme désigne de son doigt la lettre D.L’employé acquiesce et clique sur le bouton indiqué.

Quelques instants après, un autre employé surgit d’une porte derrière eux tenant à la main une mallette qu’il tend à monsieur Elmekki. Ce dernier l’ouvre et vérifie son contenu. Dedans, il y a des boites qui contiennent des comprimés, des dragées et des pilules, les unes différentes des autres par la couleur et la forme.

Le premier employé apostrophe son client :

_ « C’est votre alimentation pour une durée de trente jours.

En souriant, il ajoute :

_ Vous avez un bonus d’une semaine .Cela vous permettra d’inviter des amis ou tout simplement pour votre profil personnel

Le client remercie par un sourire ; puis, il sort de la banque tout en recevant des courbettes des employés.

Dans un autre coin quelque part, des individus très différents de notre homme. Ils sont habillés d’un tee-shirt et d’un pantalon d’une couleur rouge foncée. Ils semblent en colère .Aussi, ils se querellent entre eux :

_ «  Il faut faire quelque chose, dit l’un d’eux

_ Quoi par exemple, répond un autre

_ Je ne sais pas reprit le premier ; c’est à vous de voir

_ Pour le moment, on ne peut rien tenter, intervient le plus âgé d’entre eux. Vous voyez bien que les hommes bleus ont pris leur précaution. Les attaquer, ne sera qu’un suicide.

_ Alors, crie l’autre, on va mourir de faim

_ Mais non, rassure le vieil homme ; on pourra toujours se contenter des herbes des champs .

_J’en ai marre de manger toujours des plantes .Moi, je veux des fortifiants

Tout en criant, il quitte les autres.

 

A suivre………..

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Science fiction
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Houmidi59
  • Le blog de Houmidi59
  • : Vous allez vivre de drôles d'aventures avec mon personnage unique en son genre : Jelloul . Vous ferez connaissances aussi avec d'autres opersonnages ,comme Abbas le cinglé, Kabbour, Hamdane etc....
  • Contact

Profil

  • Houmidi59
  • Je suis enseignant .
J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers.
Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis
  • Je suis enseignant . J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers. Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis

Texte Libre

Module Calendrier

Archives

Liens