Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 23:42





On a toujours prétendu que l'argent ne fait pas le bonheur;c'est peut-être vrai.Mais ce qui est certain c'est que l'argent des autres fait des heureux.La preuve, les milliers des mômes qui pilulent les rues avec leurs habits neufs pour se remplir les poches ou les petites sacoches.Bien entendu , vous devinez que je parle du jour de la fête musulmane, à savoir l'aïd elfitre ou l'aïd el-adha.0
En ce qui me concerne, je n'en garde que de bons souvenirs
Je me rappelle qu'à l'âge de huit ans , j'attendais avec mes deux frères la venue d'un cousin de ma mère avec une impatience sans limite.Il nous arrivait de le guetter des heures ; heureusement pour nous , il ne manquait jamais à ce rituel de souhaiter un bon aïd à sa cousine.Si vous le voyez avec sa bicyclette se diriger vers vous , tendez votre main .Mais attention , il faut devancer les autres pour avoir la pièce de monnaie qu'il mettra dans votre paluche. C'était ce que nous faisions , nous les trois .C'était moi qui arrivait toujours le premier vers lui.Alors, je prenais la pièce de monnaie; aussitôt mes deux frangins se mirent à chialer comme des nourrissons.Le cycliste me tapa l'épaule et me dit : Hamid, partage l'argent avec tes frères.Il cligna des yeux vers les autres et ajouta : n'est-ce pas les enfants ?0
Ces derniers acquiescèrent jubilant de joie.Alors, tandis que le cousin de maman fit son entrée chez nous, je pris sa bicyclette pour faire le premier tour .Mes deux frère montèrent eux aussi.
Nous faisions tous les trois une balade monumentale.Puis nous nous arrêtions devant une épicerie pour faire l'appoint.Après quoi partager cette somme d'argent entre nous trois.C'était très difficile et presque irréalisable de partager vingt centimes à trois personnes.Cela nous donnait le résultat suivant : le premier 7 centimes; le second , la même somme; mais le troisième , 6 centimes seulement.Vous imaginez la valeur d'un centime en cette époque ! Figurez -vous que vous pourriez vous régaler d'un bonbon
Alors , ne vous étonnez surtout pas que le malchanceux de nous trois criait et hurlant en nous menaçant de tout dévoiler au paternel.Bien entendu, on arrivait à un certain accord .Ce qui faisait que ce "révolté" aurait un tour de vélo de plus que les autres.
Bien entendu, quand nous retournâmes chez nous , le cousin était devant le seuil de la porte à nous attendre.Croyez-moi , il ne se fâchait guère; mais plutôt, il souriait .Puis , il prit son vélo , accorda une bise à chacun de nous et avant de nous quitter , il nous lança une autre pièce de monnaie.
Voilà pour vous récompenser d'avoir bien gardé mon vélo, conclut -il
Cette fois , c'était une pièce de 10 centimes.

Et c'était une autre histoire

Oujda : 20 décembre 2010

Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 04:01


la nuit des vœux







Je me souviens aussi que durant cette nuit sacrée de Ramadan, on montait sur la terrasse pour scruter le ciel de fond en comble et ça durant des heures .On avait su par les Grands que durant cette nuit le ciel s’ouvrait en faisant apparaître le paradis céleste ; toute personne se trouvant dans cette situation, ses vœux seront exaucés.
Je me souviens que chacun de nous avait ses propres souhaits. Aussi, tout en contemplant les étoiles chacun de nous avoua ses désirs :
_ Moi, commença notre chef, si le ciel s’ouvre sous mes yeux, je lui demanderai de me donner un camion citerne bourré d’or et de diamant, un grand palais et une voiture aussi longue que le train
_ Quant à moi dit un autre, je ne demanderai qu’une seule chose : avoir des ailes pour m’envoler vers une autre planète
_ Pas de chance, ai-je répliqué, Abbas Ben Farnas t’a devancé
_ Comment cela ?
_ Il a fabriqué des ailes pour s’envoler ; malheureusement, il s’est fait briser tous ses os
_ Le pauvre, il voulait imiter les oiseaux
_ Pas du tout, lui expliquai-je, je crois que c’est grâce à lui que l’avion a été inventé
Enfin, l’idée vient de lui
_ Les amis, on s’éloigne un peu du sujet .Moi ce que je demanderai au ciel : la plus belle fille du monde pour l’épouser
_ Mais, tu es encore petit pour penser au mariage
_ Justement, je voudrais une belle fille qui ressemble aux fée ; elle m’accompagnera là ou je vais .Quand j’aurai mes dix huit ans, je l’épouserai
Le chef me montra du doigt, soudain :
_ Et toi Abdelhamid, le penseur du groupe que demanderas-tu au ciel ?
Tout en y pensant, je réalisai que je n’avais pas encore formulé mes vœux.
_ Alors ? Intervinrent les autres
_ D’accord ….Pour être franc avec vous : je voudrais devenir instituteur
On ria beaucoup avant de me répondre :
_ Tu sais me dit notre chef, pour devenir instituteur, il faut terminer ses études .Dans ton cas, le ciel ne pourra rien faire pour toi
_ Ah oui, explosai-je, toi aussi tu te fourres le doigt dans l’œil. Le ciel ne fera jamais pleuvoir de l’argent et des diamants
_ C’est ce que nous allons voir, conclut le chef
A la maison, je fis part de mes derniers soucis à ma mère .Cette dernière qui était un peu cultivée, puisqu’elle avait fréquenté l’école deux ou trois années m’expliqua que ce n’était qu’une légende pour inciter les gens à faire beaucoup de prières durant le mois de Ramadan.


Houmidi : 27 Aout 2011/26 Ramadan 1432




Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 03:59

 



la nuit du Destin





Ce que je me rappelle le plus encore : la nuit du Destin.
Cette nuit là, il y avait un gigantesque mouvement dans les maisons, dans les rues, dans les mosquées …enfin partout
Quand j’étais enfant la première chose que je faisais, comme tous les garçons de mon âge, roder autour des mosquées. On était quatre ou cinq à guetter l’arrivée des plats de couscous
_ Hé, mes amis, voilà le premier plat qui s’amène.Suivons-le de près
_ Non, répliqua le plus grand de nous .Ne faites rien pour le moment .Vous risquez bien d’être chassé comme des chiens
_ Et alors, lui lançai-je du tac ou tac, on reste comme ça sans rien faire
_ Pas du tout, reprit le Chef. Bientôt les grands vont entrer pour faire la prière et nous aurons le loisir de réceptionner un des plats et nous mangerons à notre faim.
C’était loin de plaire à tout le monde .Certains d’entre nous émirent des réserves .J’étais l’un d’eux :
_ Mais, on pourra bien nous prendre comme des voleurs
_ Oui, il a raison, intervint un autre, nous ne sommes pas des chapardeurs
_ Vous savez ce qu’on va faire : entrons dans la mosquée et faisons quelques rakaats .Comme ça, on nous prendra en considérations et vous verrez nous serons parmi les premiers servis
C’était l’idée du plus petit du groupe.
Enfin de compte, c’était ce que nous avions fait.
Durant nos prières, une multitude de plats variés de couscous passaient derrière nous pour être enfermé dans une pièce tout au fond .Mais, celle –ci était bien gardée.
A un moment donné, l’un des notre avait disparu .Mes trois amis et moi échangeâmes de nos regards maintes questions au sujet du disparu. Aussitôt, le cadet de nous tous se rua vers la sortie et s’éclipsa à son tour .Bientôt, un par un, nous finîmes par quitter la mosquée .Dehors, notre chef nous attendait.
_ Figurez-vous que je viens de trouver notre recherché
Et d’ajouter :
_ Il dévorait tout un poulet
C’était incroyable, mais hélas vrai
Soudain, notre ami se dirigea vers nous tout en s’essuyant furtivement sa bouche et d’un ton innocent nous dit :
_ Excusez-moi les gars de vous avoir faussé compagnie pendant quelques minutes
_ Ou étais-tu part ? Répliquai-je
_Mais chez moi
_ Ah bon, intervint le chef .Je t’ai vu entrain de dévorer un poulet
Notre ami blêmit et devint aussi pâle qu’une pièce de monnaie dans la main d’un avare .Il finit par balbutier :
_ C’est vrai...Mais, c’était juste un petit morceau de volaille
Le chef l’agrippa par l’épaule et le secoua énergiquement :
_ Je t’ai vu, un gros poulet à la main .Surtout ne nie pas et dis la vérité
_ Note, ajoutai-je, que cette nuit est la nuit du Destin et tous les mauvais esprits descendent sur terre ; tu risques bien d’être dominé par l’un d’eux
_ Ah oui, s’exclama le chef, parce que ces démons n’attaquent que les méchants comme toi
_ Mais, je n’ai rien fait, se défendit le voleur de poulet
_ Alors, dis la vérité et tu n’auras rien à craindre
Après une brève hésitation, notre ami finit par avouer son mea culpa :
_ Oui, reconnut-il, j’ai bien dérobé un poulet d’une assiette .Je l’ai mangé dans un coin
_ Sale goinfre lui dit le chef ; tu n’as même pas pensé le partager avec nous
Aussitôt, il partit d’un rire qui ressemble de loin au bruit des moteurs d’une locomotive des années 70
_ Vous ne l’aurez pas mangé tellement il était si fade !
C’était à notre tour de se marrer (comme des bossus)
J’étais le premier à me moquer de lui :
_Mais, toi quand même, ça ne t’a pas empêché de le digérer
_ Tu n’es qu’un vilain glouton, lança l’un de mes amis
_ Plutôt un rapace, poursuivit un autre
_ Non mes amis, objecta le chef, notre ami ne mange pas à sa faim chez lui.
Puis le regardant droit dans les yeux :
_N’est-ce pas, Bounour ?
Ce dernier baissa la tête .J’eus l’impression qu’il allait pleurer .Cependant, il sortit de sa poche un chiffon qui ressemblait de loin à un mouchoir ; puis il se mit à se moucher .Après quoi , il le plia et le remit dans l’autre poche. Il nous toisa de son regard et dit :
_ Je n’ai pas de compte à vous rendre
Et il s’enfuit en courant
Depuis ce jour, un autre surnom a été ajouté à la liste des autres noms de notre ami. Aussi, on l’appela : le poulet fade
Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 03:55



La nuit de l’ogre






Quand j’étais enfant, ma grand-mère nous racontait des histoires fabuleuses sur la fille aux cheveux longs qui se nommait Lounja .Mes frères, mes sœurs et moi, nous l’écoutions avec passion et un grand intérêt .Cependant, quand elle évoquait l’ogre et l’ogresse, mes sœurs filaient vite se coucher ; tandis que moi je lui disais : dis-moi grand-mère, à quoi ressemble un ogre ?
Elle me répondait très calmement avec des mots qu’elle choisissait minutieusement :
_ « L’ogre est quelqu’un de gigantesque ; il a des yeux aussi grands que des œufs de poules ; il est très noir ; il a aussi des cornes…..
_ Comme ceux du mouton, grand-mère ?
_ Non, il a des cornes en spirales pointus et aigus
_ Oh, lâcha soudain mon frère cadet, cet ogre me fait réellement peur
Grand-mère le rassura tout en caressant ses cheveux ébouriffés : Sois sans crainte : de nos jours, les ogres n’existent plus !
_ Alors, répliquai-je, ou sont-ils partis
_ Nulle part ! On raconte qu’un tremblement de terre les a tous enterrés dans les profondeurs de la terre
_ Donc, ajouta mon frère, un jour, ils sortiront
_ Ah oui risquai –je de faire remarquer, mais seulement après un autre tremblement de terre
Grand-mère secoua énergiquement sa tête :
_ Pas du tout mes enfants. Ils sont tous morts
_ Pourquoi ? Avons-nous crié en chœur
_ Mais, Allah a voulu ainsi
Bien entendu, notre grand-mère ne se lassait jamais pour répondre à nos questions.
Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 23:00


Comme promis, j'ai écrit une lettre à mon correspondant André .Bien entendu, je me souviens vaguement de son contenu. Cependant, ce dont je suis sûr c'est que la question d’âge n'était pas un obstacle pour moi et puis j'étais enthousiasmé de correspondre avec une personne plus âgée que moi pour profiter de ses expériences.
Deux semaines après, j'ai reçu une lettre de l'ex consul. Je l'ai lue : merci de m'accepter comme votre ami
Puis, il y avait une carte visite .Je l'ai lue aussi : le nom et le prénom de mon ami, sa fonction et son adresse
Sur le dos deux phrases écrites à la main: je t'invite à un déjeuner spécial au resautant Terminus de la gare de Rabat ville .
Bien entendu, en fixant la date et l'heure.
Le jour convenu, j'ai pris le bus pour aller au centre ville .Je l'ai aperçu au restaurant .Il était entrain de siroter un café .Dès qu'il me vit, il me serra la main tout en me disant :
_ « Merci d'être venu
_ Oui, répliquai-je ; je suis toujours ponctuel
_ Je sais , conclut-il »
Puis , nous nous sommes mis à table. Aussitôt, le garçon s'est approché de notre table et nous a donné chacun un petit livret .(le menu).je l'ai feuilleté un certain moment sans savoir quoi choisir .Pour ne rien vous cacher : il y avait tellement de mets succulents que j'étais désorienté .Aussi, j'ai fixé mon interlocuteur :
_ « Vous savez, lui ai -je dit, c'est la première fois que je rentre dans un restaurant
Lui en bon compagnon me répond :
_ « C'est tout à fait naturel mon cher puisque vous habitez chez vos parents .Moi même , je préfère préparer mes repas à la maison ; mais il m'arrive de prendre mes déjeuners dehors surtout pour les rendez- vous d'affaires ou personnels
Puis:
_ Je vais choisir pour vous
_ Non, ça va je vais essayer : bon ! comme hors d'œuvre , je voudrais une salade variée ; pour le menu principal: de la soupe aux poissons et un civet de lapins au petits pois .Pour ce qui est du dessert : un jus d'orange et pour finir une crème au citron
_ Voilà qui est bien parlé , a -t-il approuvé
Moi aussi , je vais faire comme vous , mais j'ajoute aussi : une bouteille de brandy
J'espère que cela ne vous dérange pas
_ Pas du tout. »
Le déjeuner s'est bien déroulé durant lequel on a parlé de beaucoup de choses.
Enfin, après l'avoir chaleureusement remercié, je l'ai quitté .
C'était la seule rencontre et la dernière avec André .Quelques mois plus tard, j'ai reçu une lettre de lui postée du Pérou (si ma mémoire est toujours bonne)
Je crois que je ne lui avais pas répondu .Ainsi s'est terminé cette liaison amicale. D’ailleurs, j'avais d'autres « chattes à fouetter »
La seconde personne est une jeune fille de l'ile Maurice. Elle ne parlait pas bien le français .Cependant au fil des jours et mois, son vocabulaire s'est beaucoup amélioré. Elle me disait toujours que je la faisais mourir de rire avec mes expressions. Pour ne rien vous cacher, je lui racontais tout de ma vie personnelle.
Un jour, je lui ai parlé d'une certaine Rahima que je fréquentais .Pas la peine de vous dire qu'elle était mécontente et furieuse à la fois. Pas de doute, elle était amoureuse de moi. Bien entendu, elle me l'a dit dans une de ses lettres
J'ai toujours ses lettres que j'ai confectionnées en un album
Il m'arrive de les lire .Alors, je me dis : quel con j'ai été.
Après trois ans de correspondance, elle m'a dit dans l'une de ses lettres qu'elle voudrait me rencontrer en France .Ses parents voulaient l'envoyer là-bas pour continuer ses études en médecine. Pendant ce temps là, moi aussi, je m'apprêtais à m'inscrire au CFI.
Malheureusement, tout son projet est tombé à l'eau.
Comme qui dirait le hasard ne jouait pas en sa faveur.
Des personnes très proches d'elles ont demandé sa main auprès de son père. Ce dernier a accepté sans hésiter. Ma correspondante (elle s'appelle Shahinaz) a du expliquer à son père qu'elle était amoureuse de moi .Cela n'a fait que mettre le paternel en colère .Alors tout simplement, il lui a dit: c'est fini tu ne continueras pas tes études en France, mais tu iras rejoindre ton futur époux en Australie
Ainsi , cette liaison s'est achevée avec un rêve qu'on ne peut qualifier que de chimère
Je lui avais envoyé une lettre de vœux .Je n'ai jamais eu de réponse en retour à la mienne.




Fin de la première partie

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 22:59


Pendant ce temps là, mon fidèle ami ne m'a pas caché ses soupçons et ses craintes :
_ « Dis-moi Houmidi , est-ce que tu as une photo de ton correspondant ?
_ Non, mais je t'ai expliqué que.....
_ Je sais , mais tout de même tu as une idée sur lui…. »
Je n'ai pas eu le temps pour lui répondre .Aussitôt, une personne distinguée est entrée avec un sourire et des yeux qui brillaient de joie :
_ « Bonsoir , nous apostropha-t-il, je ne m'attendais pas à votre visite .
Puis : Abdelhamid vous semblez surpris .Quelque chose ne va pas ?
_ Non, non, mais ...
Il a souri puis il m'a dit :
_ Vous ne vous attendiez pas à un correspondant aussi âgé que moi
Asseyez-vous , je vais tout vous expliquer
Bientôt , il dit : Je m'appelle André .J'ai quarante deux ans et je suis encore célibataire .Quand vous m'avez écrit votre première lettre , j'étais à Tunis en tant que consul de mon pays .Comme mon mandat vient de s'achever , j'ai décidé de m'installer au Maroc pour mener mes propres affaires.
_ Quels genres d'affaires lui dis-je , si n'est pas indiscret de ma part ,
_ Pas du tout.Je réalise des expositions canines
Nous l'avons regardé avec surprise. Il l'a constaté .Aussi , il nous dit :0
Suivez-moi .Je vais vous montrer
Il nous a conduit vers un jardin assez spacieux et bien entretenu.
Tout au fond, il y avait un espace clôturé et dans lequel il y avait une dizaine de chiens de race
_Voilà , ma nichée expliqua-t-il .Avec ses chiens , je participe aux courses , j'organise des rencontres entre les propriétaires et puis c'est une occasion pour acheter d'autres chiens.
_Vous savez conclut -il cela nous donne d'autres races de chien plus évolués.
Aussitôt, je me suis approché d'un chien qui ressemblait de près à un slougui, mais il avait quelque chose de différent à notre brave chien
Monsieur Andrée est intervenu _c'est un dalmatien
Brusquement , j'ai dit :0
mais de quoi vivez-vous ?
Mon correspondant m'a regardé d'un ton admirateur .Sans la moindre gène, il me dit tout simplement :0
dans mon pays, je suis conte et j'ai un château en mon nom .J'ai aussi des rentes des fermes que je possède
_ Donc, vous êtes un homme très riche
_ Pas tout à fait , mais disons que j'appartiens à la catégorie des Nobles. »
Nous sommes revenus au salon. Aussitôt, notre hôte cria à la cantonade : Driss, viens un peu par là
Celui qui nous avait accueilli au début entra
André nous apostropha : vous avez sûrement fait la connaissance de mon employé
Puis à ce dernier : veux-tu bien apporter quelque chose à boire pour nos deux invités ?
_ Et pour vous monsieur ?
_ Ma petite bouteille de gin. »
Et il disparut pour quelques instants.
Mon ami qui n'avait pas pipé mot me dit enfin :
_ « Houmidi , j'espère qu'il ne nous apportera pas de vin ou de champagne !
_ Non , le rassurai-je .Heureusement que Driss est marocain et il doit bien savoir le genre de boissons que nous buvons. »
Juste après, ce dernier entra un grand plateau à la main qu'il déposa sur une grande table .Il remit une bouteille ronde qui contient un liquide jaunâtre à monsieur Andrée
Puis, il nous montra les différentes boissons et nous invita à nous en servir
Dans le plateau, il y avait des bouteilles de limonade dont le nom m'est familier .La main de mon ami se posa sur une bouteille assez étrange et en but une grande gorgée .Aussitôt, il me dit : Houmidi , j'ai la tête qui tourne et je crois que je vais vomir
Je me retournai brusquement vers mon correspondant.Celui -ci venait de réaliser la situation:
_ « N'ayez aucune crainte Abdelhamid , votre ami vient de goutter un peu de martini
Puis il apostropha sévèrement Driss : cette bouteille qu'est ce qu'elle a à se trouver parmi ces boissons ?
L'employé hésita avant de dire : Je voulais...tester vos hôtes
_ Mais ce n'est pas une façon de le faire ainsi
Puis :
_ va remettre cette bouteille au frigo
Quand l'employé a disparu de notre vue, mon correspondant nous dit : franchement mes amis je ne crois rien aux dire de Driss.
A présent, je sais pourquoi ma réserve de martini s'épuise de jour en jour
Après quoi, André proposa à mon ami une autre boisson gazeuse qui lui a fait vite reprendre ses esprits.
_ Alors, ça va mieux, lui dit-il
_ Oui, monsieur .A présent , je me sens assez bien
C'était l'occasion de prendre congé de notre hôte
En le quittant, je lui ai promis de lui écrire une lettre dans laquelle je lui révèlerai ce que je pensai de cette première rencontre
_ D'accord, a-t-il approuvé
_ Quant à moi , conclut-il, je vais vous préparer une bonne surprise
Merci pour votre visite et à la semaine prochaine incha Allah »

A suivre

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 22:57

Quand j'avais l'âge de dix huit ans , ou un peu moins , j'aimais beaucoup la correspondance.Aussi, j'avais beaucoup d'ami(e)s à travers les pays du monde;notamment en France ,en Belgique , en Italie et en Suisse.Chaque jour, je répondais à une dizaine de lettres ; mais c'était peu à celles que je recevais : pas moins de trente lettres par semaine.A tel point que j'avais lié une solide amitié avec le facteur.Au fil des jours , je lui avais refilé quelques adresses auxquelles je ne pouvais répondre.Le distributeur du courrier était très reconnaissant .Ainsi pour me montrer sa gratitude, il tenait à me remettre les lettres de main en main.D'ailleurs cela tombait bien et m'arrangeait beaucoup.Figurez-vous que l'un de mes frangins , lisait certaines de mes lettres en cachette .Cependant ce qui était intolérable de sa part : il lui arrivait de les donner à ses amis en échange de quelques pièces de monnaie .
Ce qui était magnifique dans la correspondance c'était surtout la connaissance de l'autre ,de sa vie de sa culture et du patrimoine de son pays .Ces différentes liaisons m'avaient permis de corriger certaines idées et opinions de mes correspondants sur notre pays .
Je me souviens d'une correspondante canadienne qui croyait que le Maroc se situait dans la savane et qui était habité par les pygmées.Un australien m'avait demandé comment étaient nos constructions et quel était notre mode de vie.Ce citoyen du pays du kangourou avait vu un reportage sur l'Afrique et il avait cru que le Maroc se trouvait là quelque part avec ses chasseurs presque nus qui abattaient les animaux avec leurs lances , mangeaient de la viande crue et habitaient dans des cabanes faites d'herbes sèches.
Pour vous dire que dans le temps , on nous prenait pour des sauvages.
La correspondance m'avait permis de faire visiter mon pays à mes correspondants .Beaucoup d'entre eux étaient venus me rendre visite à Oujda .C'était l'occasion de leur montrer l'hospitalité marocaine et la bravoure du peuple marocain.
Malheureusement,je n'ai pas eu le loisir de traverser les frontières de mon pays pour visiter les pays de mes correspondants.Il n'était pas question d'argent puisque certains de mes amis m'assuraient le prix du voyage : aller et retour.
Ceux de mon âge vous diront qu'il était presque impossible d'avoir son passeport .Vous auriez plus de chance de remporter la médaille d'argent aux jeux méditerranéens que d'avoir votre passeport.En plus , les frais du dossier étaient exorbitants.
Cependant, grâce aux photos et aux cartes postales , je me suis vite fait une idées sur l'étranger.
Beaucoup de correspondants avaient marqué un peu ma vie .En fait , , je m'en souviens de deux : un correspondant Belge et une correspondante des iles Maurice
Pour le premier , je venais juste de faire sa connaissance,quand il m'annonça qu'il allait s'installer à Rabat .Bien entendu , moi aussi , ma famille venait de déménager vers la capitale .
Quelques jours plus tard, un de mes amis d'enfance vint me rendre visite .En parlant de notre passe temps favoris , je lui ai montré la dernière lettre de mon ami belge.Aussitôt ,il m'a dit :
_"et si on lui rend visite ?
_ mais t'es un peu fou , lui ai -je dit , cela fait seulement un mois que je correspond avec lui
_ Et alors , ? Quel mal y a-t-il à cela ?
Bien entendu, après une demie heures de discussion, j'ai cédé à sa proposition.Alors, on avait décidé de lui rendre visite dans trois jours après l'avoir averti de notre arrivée par courrier.
En effet, nous avons pris le bus pour Temara .En ce temps là , cette grande ville n'était qu'un simple centre d'estivation. pour les hommes riches .Il y avaient beaucoup de villa qui faisaient face à la mer.C'était là qu'on devait chercher mon correspondant.Cela nous avait pris presque deux heures de recherche.Quand nous avons frappé à sa porte , il était presque deux heures de l'après midi : l'heure de la sieste.
Quelques minutes sont passé quand la porte a été ouverte : un homme qui était loin d'être un européen nous apostropha :
_" Bonsoir , que puis-je faire pour vous ?
Et moi :
_ je voudrais parler à monsieur André
_ Est ce que vous avez un rendez-vous ?
J'ai hésité un peu :
_ non...mais je suis l'un de ses correspondants
Aussitôt , le chauve a souri :
_ Ah, vous êtes Abdelhamid , son nouvel ami ami oujdi
J'acquiesçai d'un hochement de tête.
Puis :
_ veuillez bien entrer dans le salon
Soudain , mon ami me chuchota dans l'oreille :
_ "Houmidi , qu'est-ce que tu fais ? Tu ne penses pas que...
Malheureusement, l'hôte nous avait entendu.Alors, il lui dit :
_" Tu peux attendre ton ami sur le seuil de la porte , si tu veux
_ Non, non, je vais entrer
_ D'accord
Donc, nous sommes entrés dans un superbe living room.L'homme sans cheveux nous pria d'attendre quelques instants le temps de réveiller monsieur André.


A suivre.......


HOUMIDI le : 15 décembre 2010

 

Repost 0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 17:26

Chronique d’un mariage

 

 

 

Il y a trois jours de cela, j'ai été invité à une cérémonie de mariage .Bien entendu, j'y suis allé après avoir acheté un cadeau digne des deux mariés.

 

Quand je suis arrivé , on m'a accueilli avec des accolades et des dattes accompagnées d'un verre de lait.Puis, je suis entré dans une grande salle pleine de tables entourée chacune d'une dizaine de chaises.En jetant un coup d'œil aléatoire , j'ai constaté que j'étais venu parmi les premiers venus
Je me suis installé donc dans un petit coin qui me permettait de suivre toutes les entrées des invités .En effet , ces derniers entraient de temps à autre en groupe de quatre ou cinq personnes tenant à la main des cadeaux ,et comme, moi ils ont mangé une datte et bu un verre de lait .
Quelques instants après, des bruits de son et de musique nous ont fait surgir : c'était l'arrivée de la mariée .Aussitôt, j'ai sorti de ma poche mon appareil photo pour prendre quelque cliché de cet événement tant attendu.
La mariée est entrée entourée de ses parents et de sa famille .Ces derniers ne cessaient de danser et d’applaudir au rythme de la "dakka almarrakchia" .Tous les convives se sont levés pour témoigner l'intérêt qu'ils portaient à la mariée .Certains d'entre eux se sont joints au groupe de danseurs.Pendant ce temps, je prenais des photos en me déplaçant comme le ferait un expert.
Puis, la mariée a pris sa place tout en attendant l'arrivée de l'élu de son coeur.
Soudain, un grand vacarme a fait détourner l'attention de toutes les personnes présentes : l'arrivée du prince charmant
Comme sa princesse, il a joui pendant une trentaine  de minutes de chant ,de danse et de partage de photos, et même de prises  de vidéo.
Enfin, le couple a pris sa place et le spectacle a commencé
Aussitôt , un groupe de musiciens a fait son entrée sous les applaudissement des invités.Alors, les chansons se suivaient et changeaient de rythme.
Pas de doute, on s'amusait comme des fous.
Après presque deux heures durant lesquelles les oreilles de tout le monde ont été "cassées" sauf celle d'un sourd muet et un quinquagénaire qui ronflait comme une scie, on nous a annoncé l'ouverture du banquet.

 
Bientôt, les serveurs sillonnaient la salle avec des plats de poulets, des plats de viande aux abricots, de la limonade et un plat de fruits variés.
Pas la peine de vous dire que les invités se sont remplis la panse .Quant à moi , je préfère vous dire que j'ai usé de l'astuce du renard avec le loup.Mon voisin de table a remarqué la chose et m'a dit en toute clarté qu'on avait rarement de telle occasion pour se goinfrer et moi je lui ai dit que moi  je ne tenais pas à verser une grosse somme d'argent au médecin et au pharmacien , alors qu'avec cet argent je pourrais m'offrir des jours de vacances loin de chez moi ; sinon , je m'achèterai bien ces plats en double exemplaire.Evidemment, mon interlocuteur n'était pas de mon avis .Alors , il a dit avec philosophie : la mort il y en a qu'une ; pourquoi se priver des belles choses ?

 

Pour clore cette discussion, je lui ai répondu qu'il avait parfaitement raison .Puis, je me suis éclipsé prétextant devoir aller aux toilettes pour me laver les mains .Quand je suis revenu, le boulimique avait lui aussi changé de table.Cela tombait bien pour moi  parce que tout simplement je n’avais plus envie de  discuter de la gastronomie ,mais plutôt du mariage.

Donc, après avoir débarrassé les tables des restes de poulets , d'os et de pelures de fruits, les serveurs ont apporté le "chlal" .Une seconde fois , je me suis lavé les mains.Vous savez, il ne faut jamais se faire remarquer.Pourtant ;, l'un des serveurs m'a dit que mes mains semblaient propres ; je lui ai répondu que par inattention j'ai du les fourrer dans ma poche.Il a souri un moment ; puis il a ajouté que cela lui arrivait aussi de tels trucs , mais pas quand il a les mains malpropres.Lui, les entrées secrètes de sa veste , étaient toujours remplies de friandises et de fruits

 

 

 

 

Houmidi 59 : le 4 août 2010

 

Repost 0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 23:53

Un cousin de nulle part (suite)



Mon ami m'a affirmé qu'il avait attendu le retour de son cousin près d'une demie heure.Ce n'est pas normal, s'est-il exclamé tout d'un coup.Puis, il se dirigea vers le caissier .Justement , les toilettes se trouvaient de ce côté là.

S'il vous plait , n'avez-vous pas remarqué un homme mince avec une barbichette sortir des toilettes?0

Le caissier fit la moue:
_"personne n'y est entré depuis presque deux heures
_ Mais...mais, s'exclama mon ami, ou est-il ?
_ Qui ? questionna le restaurateur
_ Mon cousin , lacha le chercheur
_ Désolé, conclut le vendeur de tajine, je ne connais pas votre cousin."
Mon ami fit le tour de la grande pièce ; ce qui ouvrit davantage son appétit.Alors, il fit appeler le garçon et lui dit tout simplement:
_" apportez-moi à manger ; j'ai faim
_ Que désirez-vous , l'apostropha ce dernier "
Mon ami regarda autour de lui : sur la plupart des tables, il y avait des tagines
_ Apportez-moi un grand tagine et une bouteille de limonade bien glacée
Quelques minutes après, il quitta les lieux et prit la direction de la mosquée de la koutoubia.Justement l'appel du muezzin se faisait entendre : c'était l'heure de la prière d'el-asr .Avant d'entrer dans les lieux saints, mon ami enveloppa ses chaussures d'un sac de plastic ,puis le déposa juste en face de lui .Car, m'a-t-il dit, les voleurs de godasses sont partout au Maroc .Donc, il entama son entrée par une prière de deux rakaats en guise du salut de la mosquée.A peine la prière terminée son sang ne fit qu'un tour, ses yeux s'écarquillèrent et sa bouche s'ouvrit sans piper mot .De son index , il pointa l'endroit ou il avait laissé ses chaussures.Celles -ci avaient disparu.Pas de doute, l'un des voleurs l'avait remarqué depuis son entrée à la mosquée.Alors , il a profité de ses prosternations et il a pris le sac de plastic.Il était entrain de réfléchir , quand l'imam fit son entrée et la prière d'el-asr débuta.
Mon ami m'avait dit que durant toute la prière son esprit voguait ailleurs .La preuve, il fut srpris quand il entendit : salamou alaykoum
Mon ami sortit de la mosquée désemparé, affligé et très démoralisé
Son voyage chez les bahjas ne s'annonçait pas bien
Je lui avais demandé s'il était sorti les pieds nus, il s'est mis à rire et m'a répondu : non
Et d'ajouter , heureusement que j'avais dans mon sac de voyage une autre paire de chaussures
Donc,lui ai-je dit du tac au tac: tu te doutais bien qu'on pourrait te voler tes pompes
Il me toisa du regard un moment , puis il me dit : pas tout à fait mais moi j'ai toujours apporté avec moi deux exemplaires de chaque chose .
Et de me montrer : le pantalon, la chemise , les chaussettes, le tricot...les chaussures: durant mon voyage , j'en mets toujours deux de chacun dans mon sac
Même le portefeuille , j'en ai deux
Epaté par cette philosophie , je répliquai : mais comme toi, mon ami , deux il n'y en a pas !



A suivre........

Repost 0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 18:09
Mardi dernier, j'ai décidé de prendre le train pour Marrakech.j'avais l'intention de passer quelques jours chez ma soeur qui habite là-bas.
Le matin de bonne heure, accompagné de mon frère et ma mère, nous primes la direction de la gare.
Il était 9h 45 minutes, quand nous montions dans le train.Manque de pot, toutes les places étaient déjà prises .Aussi, nous nous étions installés le long du couloir.


Image

A un moment donné, j'aperçus un couple de touristes français.A première vue, ils avaient l'air sympa ; aussi une conversation s'engagea entre eux et moi.
Bientôt, je fis leur connaissance et eux la mienne ,et celle de ma mère .
Il s'agit de Sara et de Mathieu .Il viennent juste de se marier .Comme cadeau de noces , leurs amis leur ont donné assez d'argent pôur passer leur lune de miel au Maroc.

Image



Bien entendu , nos tourteraux ne se sont fait pas prier .Alors, le jour suivant , ils étaient à Tanger.De là, ils ont "atterri" à Rabat puis à Salé .
Là-bas, ils ont dégusté un bon couscous slaoui aux sept légumes.Moi, je n'ai pas manqué de leur faire savoir qu'ils avaient de la chance.Au fait , au Maroc on déguste généralement le couscous le vendredi; or, nos invités l'ont pris un lundi ; ce qui est pour le couple heureux une marque d'estime de la part de leur hôte.




Arrivés à Casa , quelques places se sont libérées de leurs passagers .Alors, maman et Sara s'y sont installées.Quelques minutes après, un jeune homme a bien voulu me céder sa place .
Après, j'ai sorti mon appareil photo pour prendre des prises du couple .Croyrez-moi les amis on a du passer de bons et d'agréables moments.
Tout d'abord , Sara m'a donné son cahier journal et m'a prié de lui écrire un poème .Ce n'était pas facile de le faire .
Cependant, l'atmosphère qu'on vivait m'a donné de l'inspiration .Alors, j'ai écrit quelques vers .
Je vous donne juste le début:
Fille de Paris,
tu m'as ébloui
Après cela, Sara monta sur la banquette et entama un chant de l'opéra .Elle a une voix sublime qui rendrait jaloux un rossignol pour ne pas dire nos chanteurs.Ensuite, Mathieu a bien voulu nous jouer quelques aires avec une sorte de flûte magique.

Image

Pour terminer la diva Sara a chanté le poème que j'avais écrit dans son cahier journal.
Croyez-moi les potes Sara est une chanteuse qui a beaucoup de talent.En attendant c'est une élève studieuse qui poursuit ses études de chant et de danse dans un conservatoire de renommée.
Dans quatre ans, on aura une chanteuse unique en son genre .
Quelques minutes, Sara nous a fait goutter du pain et du fromage.
Au fait cette ambiance nous a donné faim et soif.
Pour cela , la diva de la chanson, nous a proposé un melon qu'on a dégusté .Je n'ai pas manqué de lui faire part que ce genre de fruit s'appelle Souihla .En français, ça veut dire "facilité"
On a beaucoup ri et on s'est amusé comme des fous.
Avant l'arrivée, on s'est échangé nos adresses e-mails entre nous pour garder le contact.
Je leur avais promis que je leur enverrai les photos d'ici deux ou trois jours.
Chose promise, chose due.En effet, elles sont déjà dans leur boites électroniques.
Tout en finissant cet article, j'ai une pensée pour mes deux nouveaux amis .Aussi, je leur souhaite une agréable visite, de très belle rencontres et un merveilleux retour à leur pays : la France.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Houmidi59
  • Le blog de Houmidi59
  • : Vous allez vivre de drôles d'aventures avec mon personnage unique en son genre : Jelloul . Vous ferez connaissances aussi avec d'autres opersonnages ,comme Abbas le cinglé, Kabbour, Hamdane etc....
  • Contact

Profil

  • Houmidi59
  • Je suis enseignant .
J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers.
Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis
  • Je suis enseignant . J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers. Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis

Texte Libre

Module Calendrier

Archives

Liens