Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 08:02
Houda courru vers son amie, la prit dans ses bras et lui dit en la dorlottant :
- Il n'y parviendra jamais, je t'assure, calme toi mon amie. Allez courage, il faut en parler à tes parents .


Le lendemain matin, Loubna se réveilla de bonne heure .La vérité, elle n'avait pas fermé l'œil toute la nuit.
Sitôt son amie partie , elle ne cessa de formuler des suppositions.Aussi ses craintes s'accentuèrent. Cependant, la voix de Houda était toujours dans sa tête qui résonnait:"
- Il n'y parviendra jamais, je t'assure, calme toi mon amie"
Son père avait averti la police des derniers événements.Ce fut l'inspecteur Pignolo (heureusement pour Loubna et pour nous aussi) qui était chargé de l'enquête .Il assura donc, toute la famille du succès de cette opération tout en leur promettant que leur fille serait saine et sauve après la capture du "renard".
Ainsi, notre inspecteur envoya ses meilleurs agents à savoir :le loup de la brigade Warrior, le caméléon des filatures Zmretr, et enfin le roi des serrures Metalmag.
Ces trois spécimens de la flicaille se sont vite évanouis dans la nature comme une pièce de monnaie dans la main d'un prestidigitateur. Bien entendu, deux fourgonnettes de poulets(pardon de policiers)étaient sur le qui-vive, prêts à se lancer au signal de l'un des agents .
Loubna n'avait rien à craindre ;puisque désormais, elle était entre de bonnes mains.
Vers dix heures, la jeune fille faisait les cents pas près du cinéma.Elle regarda autour d'elle: tout semblait normal.Il y avait juste un homme assez âgé avec sa fille.A un moment, ils regardèrent la grande affiche avec attention.Puis, repartirent aussitôt.Les autres personnes qui passèrent n'y prêtèrent guère attention .
Un quart d'heure s'écoula ; Oualid n'est toujours pas apparu.Loubna commença à se douter qu'il ne viendrait sûrement pas .A présent,tout son fort intérieur ne cessa de crier : "où es-tu , viens je t'attends !"
Malheureusement , quinze autres minutes passèrent, et toujours aucune nouvelles du "renard.
A force d'attendre , Loubna sentit ses jambes fléchir.Aussi, elle repéra un banc tout près d'elle.Alors ,elle se dit:
" je me reposerai bien un moment .De toute façon, je peux le voir d'ici."
Elle était dans ses réflexions, quand soudain, un chuchotement presque audible lui parvint à son oreille (droite) .Elle se retourna : près d'elle une femme voilée cligna de l'œil avant de dire:
_" Loubna, c'est moi Oualid.Surtout ne fais pas de geste brusque !"
Et de lui montrer un couteau et d'ajouter:
_" Maintenant , petite colombe, tu vas te rasseoire et faire comme si de rien n'était .Je vais m'approcher de toi pour t'embrasser ,comme une mère embrassant sa fille ...Dis -moi,tu as apporté avec toi ma fameuse boîte?
Cette denière hocha la tête tout en regardant autour d'elle .Personne n'intervint !
Notre Loubna réalisa qu'elle avait intérêt à suivre à la lettre les "ordres " du renard.Aussitôt, il s'approcha d'elle pour l'embrasser, quand il fut interrompu par la voix d'un vendeur ambulant :
_" S'il vous plait belle demoiselle, achetez-moi, ce beau foulard.Il vous ira à merveille, croyez-moi!
Loubna regarda Oualid.Ce dernier consentit avec un air de dire :oui, mais débarrasse-toi vite de ce casse-pied!
Loubna alla ouvrir son sac, quand le vendeur le lui prit et courut à toute jambe .
Le renard se lança à sa poursuite.Certes, il était plus rapide que lui; néanmoins, le voleur réussit à se faufiler dans une ruelle .Enfin, ce dernier s'arrêta tout près d'un garage , et le renard s'approcha de lui :
_ Donne-moi le sac et n'en parlons plus !
Warrior le lui tendit .Dès que celui -ci l'attrapa, il reçut un coup de point au menton , puis un autre au ventre .Et tout en se repliant, Zmretr lui enfila aux mains une paire de menotte toute neuve:
_" Terminus, Larbi.C'est la fin de tous tes actes !



A suivre.....
Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 16:57
_" Pourrions -nous nous voir ?
_ C'est ce que j'allais vous proposer !Je vous attends dans moins d'un quart d'heure à la place de la Victoire
Loubna fit la moue avant de répondre:
_ Je ne peux sortir ce soir .Mes parents m'ont enfermée à double tour.Si vous voulez, je peux vous voir demain vers dix heures ,mais dans un endroit loin de chez moi.Disons près du cinéma Royal
_ D'accord"
Et il raccrocha rapidement.


*Ce passage est écrit par la talentueuse Melle Khaoukha

Loubna dit d'un air inquiété :
- " Que devrai-je faire à présent ?
- Il va falloir contacter la police ! C'est une occasion à ne pas raté !

La jeune fille baissa la tête et fit une grimace. Sa copine, sentant son malaise, changea de ton pour la rassurer
- Ne t'inquiète pas ma chère, tout ce passera bien.

Aussitôt Loubna embrassa son amie et la remercia pour son soutien.

Un silence mystérieux fit transporter les deux filles dans les profondeurs de leurs pensées, chaqu'une voyant l'histoire de son côté. Houda pensait à la splendeur des actions qui se présenteront lors de la capture du surnommé Oualid; elle était si motivée, le suspect, les agents, les alarmes, l'héroïsme ... tout circulait dans son esprit comme un véritable film policier. En revanche, Loubna, quant a elle, se trouvait dans un pire cauchemar qu'elle aimerait tant arracher de son livre de vie. Elle songeait à son sort maudit, sa malchance. Hantée par le désespoir, elle croyait que c'était sa fin.

Soudain, Loubna interrompa ce long silence assourdissant :
- " Et ... et si ça ne marche pas comme on le souhaite? ... Il va me tuer j'en suis sûre ... et elle plongea dans ses larmes douloureuses.
Houda courru vers son amie, la prit dans ses bras et lui dit en la dorlottant :
- Il n'y parviendra jamais, je t'assure, calme toi mon amie. Allez courage, il faut en parler à tes parents .


à suivre ...

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 16:56
Avant que l'interpelée n'eut le temps de répondre, la sonnette du téléphone retentit.
_" Allo, Loubna, c'est moi Oualid!
Mon dieu, cria cette dernière, et de chuchoter à son amie : c'est lui!


Houda n'hésita pas :
_" Voilà l'occasion pour sa capture !
Puis dans l'oreille de son amie:
_" Fais-le marcher et fixe avec lui un rendez-vous; comme ça, on alertera la police qui l'attendra avec de belles menottes !
Loubna approuva ;puis d'un ton rassuré,elle dit à son interlocuteur :
_" Bonsoir Oualid.Ce n'est pas bien de votre part de me laisser toute seule .
_ Désolé, mais j'étais obligé.
_ Seriez-vous recherché par la police ?
_ Non, quelle idée vous avez là !
Après un sourire ironique, elle ajouta:
_" Pourrions -nous nous voir ?
_ C'est ce que j'allais vous proposer !Je vous attends dans moins d'un quart d'heure à la place de la Victoire
Loubna fit la moue avant de répondre:
_ Je ne peux sortir ce soir .Mes parents m'ont enfermée à double tour.Si vous voulez, je peux vous voir demain vers dix heures ,mais dans un endroit loin de chez moi.Disons près du cinéma Royal
_ D'accord"
Et il raccrocha rapidement.

A suivre.......

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 18:03
Aussitôt, Houda se changea et descendit à tout allure. Sa mère l'interrogea :
- " Où va-tu à cette heure-ci ?
- Chez Loubna, elle a des misères et je voudrais être présente à ses côtés.
- Très bien ma fille, mais ne tarde pas à rentrer s'il te plait .
- Oui maman "
Houda embrassa sa mère et quitta la maison.


*Ce passage est écrit par votre ami Houmidi 59

Quelques minutes plus tard, Houda arriva chez son amie.Elle trouva cette dernière entrain de l'attendre sur le seuil de la porte .Aussitôt, les deux filles entrèrent dans la chambre et s'enfermèrent à double tour .
_" A présent, dis moi ce qui ne va pas !
Loubna regarda sa compagne ,puis s'approchant tout près d'elle , elle murmura :
_" Je suis dans de sales draps!"
Et elle lui raconta toute l'histoire sans rien omettre.
Houda l'écouta attentivement sans l'interrompre.Quand elle eut fini, celle -ci dit :
_" Tu sais, Loubna, tu n'as rien fait de mal.Tu peux tout avouer à ta mère
_ Mais, que vais-je lui dire ? Lui dire que je suis tombée amoureuse d'un homme recherché par la police !
_ Et alors, c'est la vérité, non ?
Après une brève réflexion, Loubna fit remarquer à sa compagne :
_ " Je crois que le mieux est de l'effacer de mes pensées.
_ Voilà qui est bien parlé.
Aussitôt, les deux filles s'embrassèrent ; puis Houda dit à son amie:
_" Je te trouve moche , fais toi belle.Ce n'est pas une façon d'accueillir une amie comme moi
_ Tu as raison
Et elle ouvrit son sac.Soudain, elle manqua de suffoquer:à l'intérieur, une petite boîte dorée qu'elle n'avait jamais vue.D'ailleurs, elle ne lui appartenait pas .Houda se manifesta aussitôt :
_" Hé, on dirait que tu as vu ton "amoureux!
Loubna se contenta de prendre la boite et la montrer à sa compagne:
_" Regarde ce que j'ai trouvé dans mon sac !
_ Normal, c'est le tien
_ Non, non, pas du tout .Je crois que c'est encore l'inconnu ...
_Ouvre vite pour voir ce qu'il y a dedans!
Ainsi, Loubna ouvrit la boite .Tout d'abord, il y avait un message que la fille lut :
Chère Loubna
je vous prie de mettre ces"objets" en lieu sûr .Malheureusement, je ne peux rien vous dire pour le moment ;mais ,il faut que vous sachiez qu'ils valent une vraie fortune et que je les ai hérités de ma grand-mère.
En attendant de les récupérer à nouveau, recevez mes sentiments les plus distingués.
Oualid

Aussitôt, Houda palpa les objets: ce sont deux boucles d'oreilles et un bracelet ,le tout en diamant .
Houda ne manqua pas de dire tout haut:
_" Bigre! c'est ça la fortune !
Loubna paraissait penser à autre chose.Aussitôt, elle sursauta:
_" Mais, oui!
Et d'ajouter:
_" Oualid a caché ses bijoux dans mon sac, parce qu'il sait qu'on l'a à l'œil.Alors, il a pensé que la police ne se douterait jamais qu'une fille telle que moi cacherait ces joyaux !"
Houda médita un moment avant de dire:
_" Mais pourquoi a t-il pris la fuite à l'arrivée des flics ?
_ Parce que tout simplement, il ne s'attendait pas à cela!
Soudain, Loubna proposa à son amie d'allumer la télé au cas où on parlerait de lui dans les infos du soir.
En effet, il était à la une du journal.
Le speaker annonça d'une voix chaude le fait suivant:
Ce matin, la police a manqué de près la capture du redoutable escroc du siècle connu sous le nom du renard.Malheureusement, la police est dans l'incapacité de l'identifier.Il se trouve que ce génie circule en ville sous différents aspects.La dernière fois, il a été vu en compagnie d'une jeune lycéenne .Cette dernière a été sauvée grâce à l'intervention de la police; sinon, elle aurait subie le même sort que les trois autres filles retrouvées dans la rivières à la sortie de la ville.
Notez que ces filles avaient subi des abus sexuels ainsi que des tortures .
Les deux filles n'en croyaient pas ce qu'elles entendaient.Aussitôt, Houda embrassa à nouveau son amie et lui dit:
_" Tu sais, Loubna, tu dois remettre ces bijoux demain à la police.Peut-être bien que ça peut aider les policiers dans leurs recherches ."
Avant que l'interpelée n'eut le temps de répondre, la sonnette du téléphone retentit.
_" Allo, Loubna, c'est moi Oualid!
Mon dieu, cria cette dernière, et de chuchoter à son amie : c'est lui!

A suivre.....


Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 18:01
La jeune fille ne cessait de pleurer sur le genou de sa mère. Celle-ci, tout en lui caressant les cheveux, la pressair doucement de question en lui assurant que "personne n'en saurait rien".
Personne n'en saurait rien vraiment?

*Ce passage a été écrit par mon amie Khaoukha


Loubna continuait toujours à pleurer sans dire un mot. Sa mère la consolait en laissant échapper son air curieux.
" Ce n'est pas en pleurant qu'on va régler cette affaire. Je suis ta maman chérie, tu ne peux me cacher la vérité. Sinon, j'aurai plus moyen pour te défendre.

Sur ces paroles, la fille se releva timidement comme pour enfin en parler . Pourtant elle ne dit rien. Elle leva à peine ses yeux et croisa le regard de sa maman avant d'éclater en sanglots.
Soudain, elle ajouta d'une voix entrecouper :
- " Je ... je n'ai rien fait "
- Absolument, je sais très bien que tu n'y es pour rien, cependant je voudrais juste que tu me raconte ce qui s'est passé. "

Encouragée par ces mots doux et la confiance assurée par sa mère, Loubna retenta de s'exprimer.
Elle eut le courage de dire:
- " C'est par sa faute ... Je ne veux pas y retourner ... Ils sont si cruels "
- De qui parles-tu donc ?

La jeune fille ne répondit point. Elle se contentait de pleurnicher dans son coin. Sentant la situation carrément désespérée, sa mère retenue sa colère et quitta la chambre.
A ce moment, Loubna, n'en pouvant plus, sauta sur son portable et appela son amie.
- " Bonsoir Loubna, comment va-tu ?
Loubna pleurait toujours. Sa copine, inquiétée, lui réclama :
- Qu'est ce que tu as ma chère ?
Elle répondit en pleurant :
- Je suis vraiment très stupide ...
- Surtout reste où tu-es, je viens ."

Aussitôt, Houda se changea et descendit à tout allure. Sa mère l'interrogea :
- " Où va-tu à cette heure-ci ?
- Chez Loubna, elle a des misères et je voudrais être présente à ses côtés.
- Très bien ma fille, mais ne tarde pas à rentrer s'il te plait .
- Oui maman "
Houda embrassa sa mère et quitta la maison.

à suivre ...
Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 17:59
..._Bon, ne te fâche pas, je vais aller voir.
A moi, elle ne me cache rien ."

*Ce passage a été écrit par mon ami Antichirk

....La mère de Loubna essaya d'ouvrir la porte de la chambre. Elle l'appela d'une voix apaisante:
-Ouvre-moi ma chérie. Je veux juste te parler. Tu en as besoin.
La mère était le vrai soutien de sa fille. Elle se réconfortaient l'une l'autre dans des situations difficiles. Mais cette fois-ci, il y allait de l'honneur de la famille et de l'avenir de la jeune fille. Le cerveau de la maman travaillait à toute vitesse: quelles questions poser à sa fille? Comment la conseiller, la ménager, la rassurer? Comment surtout savoir au juste ce qui lui était arrivé? Comment envisager une situation qui ne voulait pas montrer son visage?
Les appels de la mère s'interrompirent au moment où la porte, timidement, s'entrouvrait.
Pendant ce temps, le père conduisait sa voiture en pestant contre le sort qui s'acharnait contre lui ce jour-là: des associés le poursuivaient en justice, et sa fille menacée de prison pour des raisons encore inconnues. Les policiers étaient avares d'explications. Ils tenaient à garder l'affaire au secret tant qu'ils n'ont pas mis la main sur le fugitif.
A un croisement, absorbé par ses soucis et ses idées noirs, le père brûla un feu rouge et fut arrêté par les agents.
-Manquait plus que ça pesta-t-il!
Oualid alla cher le coiffeur. Il savait que là, il allait apprendre des choses sur les événements de la journée, et pourquoi pas, sur ce que disaient les gens à son sujet. Personne ne pouvait encore avoir des soupçons sur lui. Il s'agissait pour beaucoup d'un fait divers, se disait-il, et un fait divers, ça s'oublie vite. S'il parvenait à être discret pendant quelques jours, l'affaire se serait estompée des souvenirs des gens. Mais...
Avant son tour au fauteuil, il remarqua que le client qui l'a précédé le dévisageait, un journal posée sur la commode avec un portrait robot en apparence. L'édition du soir était sortie en édition spéciale. Son image et son identité étaient dessus. Il s'approcha du client pour mieux voir. Celui-ci évita de justesse le rasoir, se débarrassa du tablier, et cria:
-C'est lui! C'est lui! Attrappez-le!
Avant que les gens présents réagissent, Oualid était déjà dehors, s'élançant comme une fusée vers les rues étroites de Sidi Fatah.
Mais.. le gars était repéré à présent. Le beau jeune homme qui a séduit Loubna ne pouvait être qu'une racaille qui utilisait ses beaux atours et ses costumes pour abuser les gens et profiter des jeunes filles en manque de prétendants! Ce genre de personne sans foi ni morale n'étaient pas rares.
La jeune fille ne cessait de pleurer sur le genou de sa mère. Celle-ci, tout en lui caressant les cheveux, la pressair doucement de question en lui assurant que "personne n'en saurait rien".
Personne n'en saurait rien vraiment?
...
A suivre.
Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 09:12
Depuis presque deux semaine, vous prélevez chaque jour 5 points de mon "blogrank".J'ai beau cherché une justification à ces prélèvements, mais en vain!
De ma part, j'ai toujours entretenu mon blog .Je le gère dans de bonnes conditions , quant aux articles publiés ,ils sont ma propriétés et ils sont conformes aux lois en rigueur .
Est-ce ma fautes, si mon blog manque de lecteurs  ?
Tout de même, je ne vais pas obliger les gens à venir lire mon article ,ou du moins le visiter par force.
Je vois bien que vous  pratiquez une politique que je suis loin de comprendre .Aussi, je vous cède tous les points qui me restent.Je n'en ai plus besoin.Vous savez mon but moi n'a jamais été lucratif , sinon partager mes écrits avec mon prochain !
Si vous consentez à changer votre système d'annotation, ça me fera plaisir.Le cas contraire, je continuerai à gérer mon blog, mais cette fois je n'aurai plus de soucis à se faire pour vos points ;parce que je sais bien que vous allez les prendre toutes!
Bonne journée
Repost 0
Published by Houmidi59
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 22:57
Passage écrit par Houmidi 59


Oualid avait vu les deux policiers emmener Loubna avec eux .Quand ils montèrent dans la voiture , il sortit de sa cachette et continua son chemin si de rien n'était.
Au commissariat, la jeune fille fut interrogé plusieurs fois de suite.Certes, on ne lui avait rien fait de mal, mais les mots menaçant qui sortaient de la bouche des enquêteurs la torturaient.La pauvre, elle n'en pouvait plus.Aussi, elle s'évanouit tout d'un coup.Aussitôt, on téléphona à ses parents .Ces derniers arrivèrent pour se trouver en face d'une fille déprimée .Bien entendu, la police la relâcha après avoir signé une déclaration .
De retour à la maison, le père manifesta son mécontentement et sa colère s'abattit sur sa fille :
_" Qu'est -ce que tu as encore fait ?
Loubna trembla de tout son corps:
_ Mais rien papa, je t'assure !
Ce n'était pas une réponse à dire au paternel.Aussi, il la gifla tout en criant:
_ Et tu joues l'innocente , encore !
Puis:
_ Dis-moi pourquoi la police t'as arrêté ?
_ Je ne sais pas .
Et elle éclata en sanglots:
_Je n'ai rien fait, je n'ai rien fait.....
Puis, elle courut dans sa chambre et s'enferma à double tour .
La maman réprimanda son mari sévèrement :
_" Pourquoi tu te conduis toujours aussi méchamment avec Loubna; on dirait que ce n'est pas ta fille!
Ce dernier soupira avant de répondre:
_ C'est à cause de toi qu'elle est comme ça.Maintes fois , je t'ai dit de surveiller ses comportements .Voilà, le résultat: notre fille traitée comme un vulgaire voleur!.
Dieu seul sait ce qu'il pourra nous arriver si elle continue ainsi..
La mère de Loubna l'interrompit:
_ Mais qu'a-t-elle fait au juste ?
_ Oh, rien....la pauvre est aussi innocente que les frères de "Youssouf"
_Bon, ne te fâche pas, je vais aller voir.
A moi, elle ne me cache rien ."

A suivre.......

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 22:54
Passage écrit par mon ami Antichirk

... Loubna blêmit. Elle tituba, morte de peur. Que lui était-il arrivé? Dans quel guêpier était-elle tombée?
Elle voulait comprendre, crier son innocence, appeler sa famille. Sa famille? Elle, une fille de bonne famille respectée, enfant unique, estimée par tous dans le quartier comme ailleurs!
-Ton nom! ordonna un des agents d'un ton très dur.
-Loubna, Monsieur.
- Non! dit l'Inspecteur, on aura le temps de la cuisiner en cachot!
"Malheur de malheur!" se disait-elle en silence pendant que les deux policiers ne la ménageaient pas et l'obligeaient à les précéder vers le panier à salade non loin.
A la vue de la fourgonnette menaçante et blindée de grillages, elle perdit sa force. Ses jambes ne la supportèrent plus. Elle laissa tomber ses affaires qui s'éparpillèrent, flancha, ramollie au bras de l'inspecteur, et s'affala par terre!
- Elle n'a rien, dit l'inspecteur, en pensant que c'est peut-être un bon point pour elle et que les criminels sont en général endurcis et ne faiblissent pas ainsi facilement.
L'inspecteur remarqua par terre le portable de Loubna et le pris. Il avait l'intention d'appeler sa famille. Il était urgent de l'appeler. Il ne savait pas ce qui pourrait advenir.
Les portières claquèrent dans un bruit de ferraille insolent. La fourgonnette démarra sur le chapeau des roues.
Pendant ce temps, l'inconnu, beau rêve éphémère de Loubna devenu un terrible cauchemar, était poursuivi. Une véritable chasse à l'homme se déroulait entre la grande gare et Dior Jamaâ. Des meutes de policiers parcouraient les ruelles toutes sirènes hurlantes.
Des gens curieux s'arrêtaient pour demander ce qui était arrivé. On entendait toutes sortes de suppositions. Puis quelqu'un cria:
- Ils ont arrêté sa complice!
L'affaire, à l'insu de Loubna, prenait d'énormes proportions. Elle risquait de faire la "une" des journaux dès l'édition du soir! Pauvre Loubna! Elle ne s'attendait pas à une telle catastrophe. Sa vie tout entière allait être bouleversée. Sa vie paisible, douillette, de fille unique choyée, Ses parent se pliaient à toutes ses volontés . Elle n'a jamais connu de malheurs. Son enfance était rose, et sa jeunesse enviable.
Pauvre Loubna! Elle allait se réveiller de sa syncope sous les yeux terrible d'agents de polices impitoyables, puis soumise à un interrogatoire sans merci. Pour avouer quoi? Qu'a-t-elle fait pour que le destin la catapulte dans ce monde qu'elle n'a jamais soupçonné? Pourra-t-elle s'en sortir?

A suivre.........

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 22:52
Il était environ dix heures du matin , lorsque Loubna arriva sur place.Elle jeta des regards autour d'elle : aucune trace de son "inconnu". Elle fit quelques pas et alla s'asseoir sur le premier banc devant elle .
Elle était dans ses pensées, quand une voix familière la fit sursauter:
_" Bonjour belle demoiselle
Elle se retourna .Un sourire radieux l'accueillit .
_" Alors, continua son interlocuteur , à quoi pense la douce colombe?
Loubna finit par balbutier:
_ Non, non, pas du tout;j'étais entrain d'admirer .....
_ Vous savez, l'interrompit-il, j'étais sûr que vous alliez venir !
Elle le regarda droit dans les yeux:
_ Qu'est ce qui vous a donné cette conviction?
Et d'ajouter:
_ Je ne pensais pas venir vous voir.Je passais justement par là ...
_ Moi aussi,je passe par là ;allez,je vous laisse!
_ Non, attendez, je plaisante .
Puis,elle avoua:
_ Oui, je suis venu pour vous voir et vous parler !
_ Voilà qui est bien parlé.
Aussitôt, il l'invita dans un café plus proche du jardin.
Là-bas, dans un coin ,loin des regards indiscrets,ils commandèrent deux jus d'orange.Tout en le sirotant, l'inconnu se présenta:
_ Excusez-moi, j'ai oublié de me présenter: je m'appelle Oualid .
_ Moi, c'est Loubna
Un silence régna un certain moment.Oualid la contempla longuement avant de dire:
_ Etes-vous lycéenne ?
_ ça se voit ?
_Non, mais vu ton âge ,je dirai que cette année,tu passes ton baccalauréat
Loubna approuva:
_ C'est vrai
Et d'ajouter:
_ Vous êtes un homme perspicace, vous!
Le jeune homme se contenta de sourire .
_ Dites-moi, et vous ,que faites vous dans la vie à part draguer les jeunes filles ?
_ Devinez!
_Je dirai que vous êtes fonctionnaire.
Oualid fit la moue:
_" Pas du tout !Dites-moi, ai-je l'air d'un employé?non, vous vous trompez chère demoiselle.
_ Vous savez , il n'y a pas de sot métier !
Son interlocuteur hocha la tête et dit:
_ Pour être franc avec vous , j'ai une société d'import/ export en Belgique.Actuellement, je passe quelques jours de vacances chez ma mère qui .....habite malheureusement, toute seule.
Après une brève hésitation, il ajouta:
_ Un jour , je vais vous faire sa connaissance !
Loubna devint aussitôt toute pâle. Oualid remarqua le changement. Aussi, il se hâta de faire observer à la charmante lycéenne que son intention était de boire un café tous les trois: elle, sa mère et lui
Loubna se sentit gênée.Aussi, elle balbutia :
_ Excusez-moi, je dois partir
_ Alors,permettez -moi de vous raccompagner dans ma voiture
_ Non, merci, je préfère marcher un peu."
Soudain, deux hommes s'approchèrent du couple.L'un d'eux interpela le jeune homme
_ "Vous êtes Larbi ?"
Aussitôt, le visage de ce dernier se rembrunit .Mais, il finit par dire :
_"Vous vous trompez messieurs ..."
Les deux hommes l'encerclèrent. Tout d'un coup, le jeune bouscula l'un d'eux et prit la fuite.
L'un des hommes apostropha Loubna:
_" Vous étiez en sa compagnie, n'est -ce pas
_ Euh, oui!"
Le second homme lui braqua sa carte :
_"Dans ce cas , veuillez bien nous suivre; nous sommes de la police!"

A suivre.....

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Histoires sérieuses
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Houmidi59
  • Le blog de Houmidi59
  • : Vous allez vivre de drôles d'aventures avec mon personnage unique en son genre : Jelloul . Vous ferez connaissances aussi avec d'autres opersonnages ,comme Abbas le cinglé, Kabbour, Hamdane etc....
  • Contact

Profil

  • Houmidi59
  • Je suis enseignant .
J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers.
Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis
  • Je suis enseignant . J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers. Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis

Texte Libre

Module Calendrier

Archives

Liens