Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 18:46
Jaber se ruait entre les marchands ambulants , quand son regard se pointa sur un homme assez âgé. Il semblait chercher de l’aide .Jaber remarqua le gros sac devant lui. Aussi, il s’approcha de lui :
_" Salamou alikoum ;puis-je t’aider ? Je suis un porteur

Le quinquagénaire le dévisagea et un sourire se dessina sur ses lèvres :
_ tu tombes à pic

Et d’ajouter :
_  justement j’ai besoin d’un porteur .Allez, prends le sac sur tes épaules et suis moi. Je vais t’indiquer le chemin."

Jaber s’exécuta et suit son client à travers le souk ; bientôt, ils quittèrent le village pour prendre un sentier vers une colline. Après une demie heure de marche, ils arrivèrent à destination : une cabane isolée .Aussitôt, un homme muni d’un bâton s’approcha d’eux .Il chuchota à son ami :
_"  qui est ce gars ? Est-ce quelqu’un de la bande

_ Non, rassure-toi, il ne sait rien ; et puis ce n’est qu’un porteur."
Jaber était essoufflé .Aussi, il s’assit un moment sur une grosse pierre pour reprendre son souffle .Les deux hommes se parlèrent longuement .Puis l’un d’eux s’approcha du porteur et lui donna un billet de 20 dirhams
Jaber n’en croyait pas ses yeux :
_"  mais je n’ai pas de monnaie sur moi, finit-il par dire

_ Prend-le et va-t-en lui dit le premier homme."
Jaber ne se le fit pas dire deux fois. Aussi, il mit le billet dans sa poche et retourna rapidement vers le village

******************

Khalil entra dans une grande écurie .Il y avait beaucoup de moutons, de chèvres, d’agneaux et de brebis
Soudain, un des vendeurs s’approcha de lui :
_" N’es-tu pas le fils d’ Abderrahmane le bûcheron ? 

_ Oui, répondit celui-ci avec hésitation
Puis :
_ Vous connaissez mon père ? 

_ C’est un vieil ami à moi ; nous sommes lui et moi comme des frères
_ Dis-moi, ou es ton père ?cela fait presqu’un mois que je ne l’ai pas vu au village.Est-il malade ?
Khalil baissa sa tête et dit :
_ oui, monsieur et il est même très souffrant

Après une brève hésitation, il ajouta :
_ mon frère et moi avons décidé de chercher du travail au village.

_ Braves enfants le complimenta le vieil ami du bûcheron .Je vais vous aider tous les deux .Toi et ton frère vous allez vous occuper de mon bétail
_ Mais, acceptes-tu de vivre comme un nomade ? Car vois-tu, bientôt, je vais emmener mon troupeau vers d’autres régions moins froides que celle-ci .Si ton frère accepte , je vous emmènerai tous les deux avec moi. Comme ça , vous m’aiderez
Khalil semblait perplexe, mais il crut bon d’ajouter :
_" il y a aussi ma sœur qui est resté à la cabane avec mon père.

Le vieil homme sourit :
_ bien sûr qu’elle nous accompagnera dans notre voyage

_ Et pour mon père, ajouta Khalil
_ Lui, aussi conclut-il."
Puis, il sortit de sa poche un billet de 20 dirhams qu’il donna à son interlocuteur :
_"  Va acheter de quoi manger et boire ainsi que des vêtements .Dans trois jours, je vous attendrai à cet endroit .Soyez là avant 8 heures du matin.

_ Merci monsieur, s’exclama Khalil .Je vais annoncer la nouvelle à mon frère .D’ailleurs, il est sûrement entrain de me chercher."


A suivre, lundi

 


Repost 0
Published by Houmidi59 - dans contes et rêves
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 21:32
Le lendemain matin de bonne heure, Jaber et Khalil prirent la route vers le village. Après quelques heures de marche, ils s’arrêtèrent pour se reposer et reprendre leur souffle. Sous un arbre, ils se partagèrent le morceau de pain que leur sœur leur avait mis dans le sac. Un silence régna interrompu par le gazouillement des oiseaux
Jaber regarda vers le ciel et dit à son frère :
_" tu crois qu’on trouvera du travail au village

_ Je ne sais pas répondit ce dernier
Et d’ajouter :
_  je ferai n’importe quoi pour aider notre père

Jaber consentit :
_ tu as raison frangin.

Puis :
_ reprenons la route pour arriver à temps!"

Ainsi, les deux frères reprirent leur chemin.
Dans la cabane, Nacira était au chevet de père. Ce dernier paraissait blême .De temps en temps, il ouvrait péniblement ses yeux, puis les fermait .Ses mains tremblaient .Soudain, d’un signe de sa main, il montra la carafe d’eau .Nacira accourut aussitôt vers la carafe pour donner à boire à son père. Celui-ci secoua sa tête et dit d’une voix presque audible :
_" Approche –toi de moi ma fille.

Il la regarda et des gouttes de larmes coulèrent de ses yeux.
_ Je sens que c’est la fin …..
_ Non, non, père elle, ne me laisse pas seule...
Le bûcheron la regarda, sourit puis sa main ne trembla plus et ses yeux se refermèrent pour toujours.
Nacira avait tellement pleuré que ses yeux étaient devenus rouges
Puis, elle constata qu’il était midi .Elle sortit de la cabane et monta sur une petite colline pour guetter l’arrivée de ses frères

**********

Enfin, Jaber et son frère arrivèrent au village. Il y avait beaucoup de gens .Ce qui montrait que c’était le jour du souk.
_" Cela tombe bien, dit Khalil, quelqu’un aura sûrement besoin de nous pour porter ses affaires.
_ Tu as raison, lui dit Jaber."
Aussitôt, il lui proposa que chacun prendrait une direction pour multiplier les chances d’être embauché
Ainsi, Jaber se dirigea vers l’entrée du marché ; tandis que son frère prit la direction de l’écurie réservée à la vente du bétail

A suivre

 


Repost 0
Published by Houmidi59 - dans contes et rêves
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 13:21

Il était une fois un bûcheron qui habitait dans une cabane isolée à l'orée d'une forêt. Il avait trois enfants: deux garçons et une fille. Malheureusement, il n'avait pas de femme. Celle-ci était morte juste après la naissance du troisième enfant. Aussi, c'était lui qui s'occupait de tout dans la maison. D’ailleurs le plus grand de ses enfants ne dépassait pas dix ans. Donc, chaque matin, il se levait de bonne heure. D’abord, il faisait chauffer de l'eau dans une grande marmite ; puis, il en prenait une quantité pour préparer du café. Après avoir pris son petit déjeuner, il sortait de la maison sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller les enfants
Muni de sa hache et de sa sacoche, il se dirigeait vers la forêt. Arrivé sur les lieux, il commençait à abattre l'un des arbres .Il choisissait toujours le plus grand. Ensuite, il le découpait en morceau et mettait le tout dans sa sacoche .Après quoi, il prenait la direction du village. Là-bas, il vendait le contenu de sa sacoche .Certes, il ne gagnait pas beaucoup d'argent, mais c'était assez suffisant pour lui d'acheter de quoi manger, et boire. Il lui arrivait d'acheter des habits pour ses enfants et même d’économiser quelques dirhams.
Quand, il rentrait chez lui, ses enfants venaient juste de se réveiller. Alors, il les embrassait tendrement comme l'aurait fait leur mère. Ensuite, il leur versait à chacun un peu d'eau pour faire sa toilette. Aussitôt, il s'occupait du déjeuner .Quant à ses enfants, après avoir bu leur café, ils sortaient aux alentours pour jouer .Ils n'avaient rien à faire. Pour l'école, ils n'y allaient pas .D’ailleurs, l'école était à des kilomètres de chez eux.
C'était comme ça la vie du bûcheron et ses trois enfants..Ils étaient tous heureux et assez satisfaits de leur situation. Des années s'étaient écoulées, paisibles, mais surtout monotones. Ainsi, les enfants grandissaient, mais le père vieillissait. Bientôt, il se déplaçait péniblement .A la fin, il tomba malade et ne put se relever de son lit.C'était à ses enfants de s'occuper de lui. Sa fille Nacira qui était devenue presque une femme, préparait de quoi manger pour ses frères et son père. Les deux garçons, Khalil et Jaber devaient aller à la place de leur père pour couper du bois, ensuite aller le vendre au village. Malheureusement, aucun des deux enfants n'avait coupé de bois ; d’ailleurs, ils n'avaient pas la force et le courage pour faire ce travail fatiguant.
Que faire donc, sinon aller au village pour essayer de trouver du travail .Un jour Jaber dit à son frère :
_"comme tu vois notre père est invalide ; pour ce qui est des provisions, elles sont sur le point de s'épuiser .Il faut que l'un de nous aille au village pour rapporter un peu d'argent...

Son frère l'interrompit:
_ Et comment penses-tu avoir cet argent? Tu sais bien que ni toi ni moi ne savons rien faire
_ Justement rétorqua l'ainé, on se débrouillera

Et d'ajouter:
_  Et puis , je pourrai travailler comme porteur .Comme tu vois , je suis assez costaud et fort

_ C'est ça ironisa Khalil, , cette force dont tu te vantes ne t'a pas servi , ne serait-ce que pour couper du bois!
_ Mais, je ne suis pas un bûcheron , moi, rouspéta ce dernier.
_ Oui, conclut le benjamin, je suis d'accord avec toi; mais à une condition: je vais t'accompagner au village."


A suivre

 

 

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans contes et rêves
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 17:27
 
Dans le bureau de Red1.m, l'inspecteur lit la déposition de Kouider Bouchareb

Ma première rencontre avec Moha Moun remonte à près de deux ans. Nous nous sommes rencontrés à Rabat. Comme nous sommes du même patelin, on a vite fini par se lier connaissance. Donc, je l'ai visité dans sa fabrique .En ce temps là, les affaires ne marchaient pas bien pour lui ; d'ailleurs moi même, j'avais des problèmes financiers avec la banque. C'est alors que je lui ai proposé de lui vendre des souliers et des bottes pour femmes exportés de l'étranger .Bien sûr, je ne voulais pas lui relever mes sources. Aussi, je lui ai dit que c'était un "vacancier" qui vient de temps en temps au Maroc avec quelques dizaines de chaussures qu'il me vend à prix bas
L'homme d'affaire a accepté le marché tout de suite
Donc, les affaires marchaient bien jusqu'au jour ou il m'a rencontré en compagnie de ma sœur Malika .Je la lui ai présenté comme ma cousine .D'ailleurs, comme je vous l'avais dit auparavant, c'est ma demie sœur et en plus elle ne porte pas mon nom de famille.
Deux jours après, ils se sont rencontrés à mon insu et depuis leur liaison est devenue si solide qu'ils avaient décidé de se marier
Pour ne rien vous cacher, ce n'était pas ça qui me préoccupait .Au contraire l'idée de voir ma sœur se marier avec un homme d'affaires me plaisait. La vérité, ma sœur qui était au courant de mes affaires a divulgué mes secrets à Moun .Ce dernier a vite détourné l'idée du mariage par celle de passer avec elle d'agréables moments tout en profitant des bonnes nouvelles qu'elle lui apportait.
Un jour, elle l'emmène directement au dépôt ou je stocke les chaussures et il découvre que dans les chaussures il y a de la drogue
Alors, il prend une grande quantité pour la vendre .Quand , j'ai remarqué la chose dans mon dépôt, tout de suite j'ai réalisé que ce ne peut être que lui. Je suis allé le voir à sa fabrique .D'abord , il a nié , après , il a fini par avouer puis me dire qu'il veut un pourcentage de ce que je vend, et ce pourcentage ne devra pas être moins de 30 pour cent.
J'ai accepté à la seule condition de financer l'opération d'achat de la drogue. Alors on a conclu le marché entre nous .Plus tard, j'ai fait la connaissance de Brahim Chahma qui est devenu mon intermédiaire avec les vendeurs de la drogue ..seulement Brahim Chahma a pris connaissance de la liaison qui existe entre ma sœur et Moun.
Alors, il a manigancé un coup pour faire venir Issam chez Malika
Bien entendu, le jeune homme sous le coup de la colère a tué ma sœur .Lui, Brahim, les attendait en prenant des photos de l’assassinat.
Il a ensuite contacté le fils de Moun pour le faire chanter .
Malheureusement moi, quand j'ai trouvé ma sœur morte , j'ai tout de suite pensé que ça ne pouvait être que Moha Moun.Je lui ai rendu visite , mais il essayait de m'éviter .Ce qui m'a encore confirmé que c'était lui le tueur .Donc, après plusieurs observations, j'ai fini par constater que la femme de ménage lui apporte toujours une tasse de café avant la sieste .Je suis entré dans la cuisine en cachette .Sans qu'elle m'aperçoit , je fais diluer le somnifère dans la tasse et je saute par la fenêtre pour me cacher ,en attendant que Moha s'endorme
Ainsi, je me précipite vers sa chambre pour l'étrangler ; malheureusement , il s'est réveillé en sursaut ,; il m'a attrapé par la veste ; mais j'ai continué de lui serrer le coup jusqu'à l'étouffement final;Et c'est là que l'idée m'est venue de lui mettre le bouton de la veste dans sa main; puis je suis sorti par la fenêtre
Boukmakh interrompit sa lecture et toisa Bouchareb Du regard avant de dire:
_" Comment as-tu eu ce bouton ?
Bouchareb releva sa tête ; elle était si amochée qu'on ne pouvait l'identifier .Quant à ses dents , il en avait perdu une dizaine. C’était certain, il n'avait plus besoin d'aller voir le dentiste ! Cependant ,il articula d'une voix faible : _" un soir , je l'ai empoigné par la veste ; aussitôt, un des boutons de la veste m'est resté dans la main .Sans me rendre compte , je l'ai mis dans ma poche
Boukmakh hocha la tête un moment , puis reprit :
_ Tu voulais donc lui faire porter le chapeau ; n'est-ce pas ? 

_ Oui, dit-il."
L'inspecteur termina sa lecture

Je crois que personne ne m'a vu , conclut Kouider

_" Non, tu te trompes, un gosse t'a vu roder dans les parages , lui dit Boukmakh ; je savais bien que tu avais une main dans ce meurtre."
Puis, il appela Red1.m:
_" emmène le voir son compère qui moisit déjà dans l'une de nos cellules cinq étoiles dans l'attente d'être jugés par les crimes qu'ils ont commis."



Fin de l'intrigue

 







Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 09:47
 
Le lendemain matin, l'inspecteur Boukmakh fit un saut à l'hôpital pour s'enquérir sur la santé d'Issam, le fils de Moun. Il le trouva entrain de prendre son petit déjeuner. Aussitôt , ce dernier salua son visiteur en l'invitant à boire du café
_"Non merci, dit Boukmakh
Puis:
_ je vois que vous vous portez à merveille .C'est rassurant et bon à savoir.

_ Oui, reprit Issam avec un sourire vers l'infirmière qui lui tenait le plateau. C’est surtout grâce aux soins du docteur et tout le personnel médical que je ne remercierai jamais assez."
Boukmakh prit un siège et attendit que l'infirmière ait fini son travail .Quand elle sortit, l'inspecteur demanda au fils de Moun s'il était prêt pour répondre à ses questions
Celui-ci s'exclama :
_"  mais je vous ai tout dit dans ma lettre ! 

_ Je sais, rétorqua l'inspecteur. Cependant , il y a certains points à éclaircir.
_ Je vois , consentit l'hospitalisé
_ Donc, je voudrais d'abord savoir si vous rencontrez souvent Kouider et quand est-ce que vous l'avez vu pour la dernière fois ? 
_ Attendez que je réfléchisse ...Je crois quelques heures avant mon accident.
_ Et pour Brahim Chahma ? 
_ Ben, la veille ; enfin pas avant 24heures.
_ Qu'est-ce qui vous fait croire que c'est Brahim qui a tué votre père?
_ C'est pourtant simple à deviner : il me faisait chanter ; et puis, il m'a menacé de me tuer.
_ Oui, mais pas votre père .
_ D'ailleurs, ajouta Boukmakh, le seul intérêt des maitres chanteurs de soutirer de l'argent à leurs victimes. Moi, je ne vois pas qu’il soit le meurtrier de votre père...."
Soudain, le portable de l'inspecteur sonna .Ce dernier écouta attentivement son interlocuteur puis se retourna vers Issam et dit:
_" on a coupé les freins de votre voiture .On voulait vous supprimer .

_ Donc, c'est Brahim Chahma
_ Non, détrompez-vous, ce n'est pas lui .Les empreintes qui s'y trouvent sont celles du barbu !
_ ça alors, s'exclama Issam; donc, il voulait m'assassiner
_ Oui, approuva l’inspecteur, mais on mettant ce meurtre sur le dos du moustachu.
_ Je crois même que l'idée venait de lui pour vous faire peur
_ Merci inspecteur
Après un bref silence :
_"mais dites-moi inspecteur , qu'en est-il du meurtrier de mon père ? 

_ Soyez patient , vous le saurez en temps voulu ; et puis nous tenons les ficelles .Bientôt, il sera capturé."
Sur ce, il quitta l'hôpital prenant la direction du commissariat. Red1.m vint à sa rencontre :
_" ça y est, le barbu s'est confessé

Devant l'air éberlué de Boukmakh, il ajouta :
_  on a employé les moyens forts pour le faire parler .Alors, il a tout avoué

_ Viens avec moi pour lire sa déposition
_ C'est ce que je vais faire conclut l'inspecteur Boukmakh."
Et de monter les escaliers en courant

A suivre

 






Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 10:48
 
J'ai connu Kouider Bouchareb dans une soirée de bienfaisance organisée par l'homme d'affaires Moha Moun. Comme, nous avons à peu près les mêmes goûts, on a vite fini par sympathiser et devenir vite amis. C’est alors qu'il m'a proposé de travailler avec lui dans son business : l'achat et la vente des chaussures et des godasses pour femme. Au début, ça marchait bien entre nous .Malheureusement, quand j'ai appris la relation qui existait entre l'homme d'affaires et Malika la sœur de Kouider, j'ai décidé de faire du chantage à cette dernière pour bénéficier de quelques privilèges. Malheureusement, ça n'a pas marché avec elle ; après j'ai contacté le fils de Moun en lui disant que son père avait une liaison avec une p...Et je lui ai donné son adresse. Après, j'ai apporté mon appareil photographique pour prendre des clichés ; comme ça j'aurais des preuves que je pourrais utiliser pour faire chanter Moha Moun
Mais, je ne savais pas qu'il allait la tuer .Alors, j'ai vite fini par opter de faire ce chantage au tueur
Pour ce qui est du père du jeune homme , j'ai hésité longtemps pour le contacter ; mais je ne l'ai pas fait
Quelques jours après, j'ai appris que l'homme d'affaires a été assassiné
Je vous jure que ce n'est pas moi !
Pour ce qui est de son fils, c'est vrai, mais il n'est pas mort ; vous êtes d'ailleurs arrivés à temps
L'inspecteur Boukmakh éclata de rire ; ce qui ne fit que surprendre le moustachu. Aussitôt, l'inspecteur s'approcha de lui tendant un bouton :
_"il t'appartient , n'est-ce pas ? 

Sans hésiter , il dit to de go:
_ Ben ,oui; c'est un bouton unique!

_D'ailleurs , ajouta-t-il, c'est pour cette raison, que je ne mets plus ma veste qui m'a coûté une fortune pour l'acheter.
_Vous savez c'est du vrai cuir ; du cuir de croco
_ Bien sûr , rétorqua Redwan, tu ne voudrais tout de même faciliter les recherches pour ton inculpation de l’assassinat de Moun
_ Comment ça ? s'étonna-t-il
_ Et tu fais l’innocent, ajouta Boukmakh
L'homme à la moustache les regarda stupéfait :
_ je vous jure que je n'ai rien compris ; et puis quel rapport ma veste a à voir avec l'assassinat ?

_ C'est facile reprit Red1.m, ce bouton là , on l'a trouvé dans la main de Moha Moun après son assassinat
_ Ce n'est pas vrai ; et puis c'est impossible. D’ailleurs, je n'ai jamais mis les pieds chez lui
_ Tiens, tiens, intervint Redwan, je croyais que tu visitais de temps en temps ta sœur
Et il sourit :
_  vous êtes au courant donc!

Après avoir constaté le sourire moqueur des deux inspecteurs , il ajouta:
_  Vous pouvez toujours le lui demander: je ne l'ai jamais visitée là-bas

Et puis, ma sœur et moi nous ne nous entendons pas bien et cela depuis des années
Et pour vous le prouver, je ne savais pas qu'elle travaillait chez monsieur Moun qu'après sa mort
_ Ok, dit Boukmakh ; cependant comme tu es accusé de tentative de meurtre je suis obligé de te mettre sous les verrous."
Et d'appeler un policier en faction devant la porte:
_" allez, mettez -le dans une cellule!"

Aussitôt Redwan dit :
_"je crois qu'il est temps d'écouter à nouveau Brahim Chahma!

_ Tu as raison, approuva Boukmakh; va le chercher !"

A suivre......

 





Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 11:10
 
Arrivé à la Centrale, Red1.m vint à sa rencontre :
_"  pas besoin d'avoir un mandat d'arrêt , dit -il à Boukmakh , on le tient en flagrant délit

_ Heureusement qu'on avait eu l'idée de poster des gardiens tout autour de l'accidenté, ne manqua de faire part ce dernier.
Aussitôt, les deux inspecteurs montèrent au troisième étage .Sur le seuil de la porte , menottes aux poignées, Brahim Chahma rouspétait :
_"Vous n'avez rien contre moi , hurla-t-il

_ C'est ça, lui dit Boukmakh , continue de crier ; tu as une belle voix de soprano!
_ Oui, ajouta Redwan, c'en est fini pour ta carrière de chanteur. La seule chose qui te reste est de te confesser
_ Allez, mets toi à table, l'invita Boukmakh
_ D'abord pour commencer , reprit Red1.m, dis-nous pourquoi voulais tu assassiner le fils de Moun ?
_ C'est faux , cria-t-il à nouveau; je me disputais avec lui
_ Oui, rétorqua Redwan, en tenant un couteau à la main
_ Ce n'est pas vrai , nia-t-il
_ D'accord, lui dit Redwan en s'aprochant de lui
Et de lui montrer un couteau:
_  tu vois ce couteau , tes empreintes y sont toujours .On va les faire relever et tu seras bien contraint d'avouer que c'est ton couteau

_ C'est vrai , finit _il par consentir
Et d'ajouter :
_ oui, je voulais le tuer

_ Bien entendu, intervint Boukmakh , tu l'as menacé de le tuer s'il ne te donnait pas la somme de dix briques
Le moustachu les regarda l'air hébété; il ne pouvait rien dire
_ Alors, poursuivit Redwan, tu vois , on sait tout
Alors, l'inspecteur Boukmakh lui donna un aperçu de ce que leur avait raconté Issam dans sa lettre .Et de conclure:
_ On veut juste savoir qui est ton complice

To de go, il dit:
_ Kouider

Je crois le mieux est que tu nous racontes tout depuis ta première rencontre avec lui jusqu'à la tentative d'assassinat du fils de Moun
Ce fut ainsi que l'homme à la moustache dit:
A suivre
 



Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 15:21

 

 

 



L'inspecteur était dans l'antichambre quand l'huissier vint vers lui. Aussi, il l'apostropha:
_" s’il vous plait, je voudrais m'entretenir avec monsieur le procureur.
_ Désolé monsieur, répliqua l’employé, monsieur le procureur est très occupé .Il ne peut vous recevoir pour le moment. Revenez demain vers la fin de la matinée."
Boukmakh sortit sa carte professionnelle et la tendit à son interlocuteur :
_"  montrez cette carte au procureur, et vous verrez qu'il me recevra sur le champ.
Et d'ajouter :
_  allez , grouillez-vous!"
L'huissier se précipita et entra sans frapper .Aussitôt, il réapparut avec un sourire aux lèvres qui en disait long: _" veuillez bien entrer , monsieur l'inspecteur ; monsieur le procureur vous attend."
Dès que Boukmakh franchit le seuil de la pièce, un homme fort et élégant s'approcha de lui :
_"  j'ai beaucoup entendu parler de vous , lui dit- il en guise de salutation.
Et de reprendre :
_  Vous avez sûrement éclairci l'affaire de l'assassinat de Moha Moun!
_ En effet, approuva Boukmakh , vous pouvez considérer l'affaire comme réglée. Je viens justement pour que vous me délivriez un mandat d'arrêt contre la personne de Brahim Chahma.
_ J'espère que vous avez toutes les preuves qui l'accablent, ne manqua pas d'observer le magistrat
_ Bien sûr, monsieur le procureur!
Ce dernier sourit :
_ allons Boukmakh, je sais ce que vous valez. Aussi, je vous fais confiance."
Après avoir signé une feuille, il la remit à l'inspecteur : _" vous pouvez m'appeler Fouad M
_ Vous savez inspecteur, reprit-il, j'ai lu la plupart de vos aventures et je crois que vous êtes l'un des rares policiers qui font conscience ment leur travail
_ Monsieur le procureur ...pardon Fouad, votre témoignage m'honore. Cependant laissez-moi vous dire qu'il y a des gens que vous ne connaissez pas car ils travaillent dans l'ombre quelques fois .En tout cas, ils m'ont beaucoup aidé dans mon travail. C’est à eux que je dois la réussite de mes enquêtes.
Après un bref silence, il ajouta :
_  il y a mon ami Redwan connu sous le pseudo de Red1.m, il y a aussi Ziad, Atlas, Messaoudi, sans oublier le Valeureux Abou-Nawrass..bref, ils sont nombreux et je crois qu'ils méritent des félicitations de votre part
_ Ok, conclut Fouad , je vais personnellement leur envoyer à chacun un certificat d'honneur et de bravoure
_ Merci monsieur le procureur ...pardon Fouad
_ Allez, je vous laisse
Je vais de ce pas rejoindre mon collègue
_ Non, l'interrompit le procureur, allez vous reposer , on voit bien que vous risquez de tomber de sommeil
_ Vous avez raison Fouad , c'est ce que j'ai à faire de mieux."
Soudain, son téléphone portable se mit à sonner
_" Allo, dit il à son interlocuteur
_ Allo, dit une voix de l'autre bout du fil , on a essayé d'assassiner Issam Moun!
_ Quoi? Sursauta Boukmakh
_ Vous avez identifié l'auteur
_ Oui, dit la même voix ; on l'a même pris en flagrant délit
_ Venez vite au commissariat, termina son correspondant
_ D’accord, Ziad, dit Boukmakh avant de fermer son portable, j'arrive sur le champ."
Puis se retournant vers le procureur :
_" cher Fouad, je suis forcé de vous désobéir ; le devoir m'appelle .Aussi, je vais reporter ces quelques heures de sommeil pour une autre fois."
Et il descendit les escaliers en courant

A suivre



 
 
 




 
 
 



Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 14:27
 
La voiture s'arrêta devant un vieil immeuble. Les deux inspecteurs jetèrent un coup d'œil à la boite aux lettres.
_" Pas de doute, dit Redwan , notre homme vient de sortir.
Et d'argumenter :
_ tout à l'heure quand je l'ai suivi , il y avait du courrier dans sa boite à lettres .Juste quand il a fermé la porte de son appartement ,j'ai  vu le facteur y déposer quelques lettres et brochures

_ Ce qui veut dire , conclut Boukmakh , de deux choses: soit il a pris son courrier puis il est remonté le lire ; soit , il l'a mis dans la poche de son manteau pour le lire plus tard et il est parti voir son compère le barbu
_ En tout cas, montons lui rendre visite ,conseilla Red1.m son collègue."
Et de sortir de sa poche un petit outil qui ressemble vaguement à une clé:
_" s'il n'est pas chez lui , on y jettera quand même un coup d'œil."

Boukmakh approuva en haussant la tête :
_"  espérons qu'il ne sera pas chez lui , dit-il; comme ça on fouillera tranquillement son appartement."

Au seuil de la porte , les deux inspecteurs jouèrent de la sonnette un certain temps. Le silence total. Pas de doute, le moustachu n'est pas chez lui .Bien entendu, c'était encore tôt pour se coucher.
Alors, Redwan sortit son passe partout et au moins de temps qu'il vous en faut pour lire cette phrase , la porte s'ouvrit .Les deux inspecteurs entrèrent dans l'obscurité en usant de la lueur du téléphone portable .Aussitôt, Redwan jeta un coup d'œil dans la chambre à coucher : il n'y avait personne. Boukmakh visita les autres pièces sans y trouver âme qui vive
_" Voilà ce que tu vas faire, dit ce dernier à son collègue, fouille bien sa chambre, moi je vais faire des investigations dans son bureau."
Boukmakh ouvrit les tiroirs un par un sans rien trouver à part de la paperasse. Soudain, sa main par surprise sur un dossier en plastique ou s’était écrit sur son dos : Privé
En l'ouvrant, des photos y tombèrent .En les ramassant, il constata qu'elles appartenaient à Issam Moun .D'ailleurs c'étaient des photos prises delà scène du meurtre de Malika Benabbou
Quelques instant Redwane rejoignit son ami en tenant à la main une veste de cuir : cette veste lui manque un bouton et c'est sûrement celui que le fil de Moun t'a envoyé
Aussitôt, Boukmakh lui tendit le bouton. Ce dernier le compara aux autres boutons de la veste: c'est vrai c’était le bouton qui manquait
_" Donc, conclut l'inspecteur Boukmakh, on a enfin mis la main sur le meurtrier de l'homme d'affaires
_ Pas exactement, rectifia Red1.m, dis plutôt qu'on a son identité.
_ Maintenant, allons voir le procureur pour nous délivrer un mandat d'arrêt sur la personne de Brahim Chahma alias le Moustachu.
_ Et pour sa sœur, suggéra Redwan
_ Je vais appeler Ziad pour la convoquer au commissariat. Cette fois, on va lui montrer qui est le bon cuisinier
_ Hein! s'exclama Red1.m
On va la cuisiner mon vieux, ricana Boukmakh.

A suivre
 








Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 14:08
Arrivé juste en face de "la fleur enchantée», les deux amis aperçurent un homme à l'imperméable gris qui venait de sortir .Il avait une grande moustache et portait des lunettes noires.
_"C'est lui, dit Redwan
Pour toute réponse, Boukmakh rétorqua:
_  tu as sûrement raison

Et d'ajouter :
_  bon, tu vas le pister pour savoir ou il va ; sinon, tu auras son adresse."

Aussitôt, il s'empressa de suivre le moustachu
Quant à l'inspecteur Boukmakh , il entra dans le café et se dirigea directement vers le barman .Sans lui donner le temps de s'enquérir de sa demande , il exhiba devant lui sa carte professionnelle et dit :
_" Un moustachu à l'imperméable gris vient de sortir juste à l'instant .Est-ce l'un de vos clients ? 
_ Oui, qu'est-ce qu'il a fait ? 
_Vient-il ici régulièrement ? 
_ Oui tous les jours ; qu'est-ce qu'il a fait ? 
_ Rencontre-t-il des personnes ?
_ Oui, il rencontre souvent un barbu ; qu'est-ce qu'il a fait?
_ Ecoutez c'est pas vos oignons et contentez-vous de répondre à mes questions!
_ Oui, inspecteur!"
L'inspecteur jeta un regard circulaire autour de lui ; puis à nouveau :
_"  A-t-il rencontré aujourd'hui le barbu ?

Le gargotier réfléchit un moment :
_  oui, je me rappelle :il est entré dès l'arrivée de votre homme ; il lui a remis une enveloppe ; puis , il est sorti

_ Quand est-ce que cela s'est passé ?
_ Ben, il y environs deux heures
_ Dites-moi , reprit l'inspecteur , est-ce qu'il rencontre d'autres personnes en dehors de l'homme à la barbe ? 
_ Non, je ne crois pas.
_ Bon, conclut Boukmakh apportez moi un soda ; je vais m'asseoir là au coin. Des fois ou notre bonhomme a l'intention de boire quelque chose."
Quelques instants après , Redwan fit son entrée
_" Tu n'as pas mis beaucoup de temps, l'apostropha Boukmakh ; j'espère qu'il ne t'a pas semé
_ Non , n'aie crainte!"
Après avoir bu la moitié de la limonade , il ajouta:
_"  il est allé directement chez lui .

J'ai vérifié sa boite aux lettres. Notre bonhomme s'appelle Brahim Chahma
Soudain Boukmakh sursauta :
_  je crois que ce nom ne m'est pas étranger

_ C'est naturel répondit Red1.m, c'est le frère de la femme de ménage
_ Comment l’as-tu su ? 
_ D'abord par son nom de famille que la femme de chambre nous a donné à la déposition du PV. Il y a aussi une certaine ressemblance entre les deux
_ Donc, conclut Boukmakh, la femme de chambre s'en mêle aussi avec son frère
_Tu sais ce qu'on va faire : allons rendre visite au moustachu chez lui."

Repost 0
Published by Houmidi59 - dans Sére policière
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Houmidi59
  • Le blog de Houmidi59
  • : Vous allez vivre de drôles d'aventures avec mon personnage unique en son genre : Jelloul . Vous ferez connaissances aussi avec d'autres opersonnages ,comme Abbas le cinglé, Kabbour, Hamdane etc....
  • Contact

Profil

  • Houmidi59
  • Je suis enseignant .
J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers.
Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis
  • Je suis enseignant . J'aime lire et écrire des nouvelles, de la poésies , et des articles divers. Je suis marocain ,de nature simple sans aucun complexe.J'aime tout le monde .Aussi, mon but est d'avoir le plus grand nombre possible d'amis

Texte Libre

Module Calendrier

Archives

Liens